Replay du lundi 31 août 2020

Il y a 100 ans on a posé la première pierre de l'Ossuaire de Douaumont

- Mis à jour le

Chaque jour, Jérôme Prod'homme nous raconte ce qu'il trouve beau ou bon en Lorraine. Aujourd'hui, il s'est arrêté à l'ossuaire de Douaumont. Un moment pour se rappeler la force de cex lieux sacrés.

l'ossuaire de Douaumont
l'ossuaire de Douaumont © Getty - Arterra / Contributeur Editorial - n° : 646522012 Collection : Universal Images

Parler de la guerre, donc parler de la mort, ça n’est jamais sexy. Et pourtant je tenais à vous parler de Douaumont. L’ossuaire de Douaumont, dont on a posé la première pierre il y a 100 ans et qui érige vers le Ciel son immense tour, 46 mètres de haut, solide comme le roc, prête à affronter le temps et les éléments pour remplir l’office qu’on lui a confié : veiller sur les morts qui reposent dans l’ossuaire, et perpétuer leur mémoire. Il est près de chez nous. C’est un site majeur. Un site sacré. 

Un site sacré

Et j’allais dire un site beau. Beau parce qu’il porte l’âme des hommes d’aujourd’hui, vers celle des hommes du passé, qui sont tombés non loin d’ici, et qui sont souvent nos grands parents, arrières grand parents ou même arrière arrières grands parents. Ca parait loin et pourtant c’est tout près puisque c’est au plus loin le grand père de votre grand père qui a été plongé dans cette immense bataille qui a concassé la terre (on entendait comme un orage le bruit des bombardements à Metz ou à Nancy). Une bataille qui a fait 300 000 victimes et dont on a dit qu’elle était une guerre dans la guerre. 

Un site d'humanité

Douaumont
Douaumont © Getty

Evidemment Douaumont est un site français, sur l’ancienne commune de Fleury devant Douaumont, rayée de la carte par la guerre. Mais Douaumont c’est aussi un site majeur européen. Celui d’une réconciliation franco allemande qui n’était pas que des mots, mais celle d’une main tenue par une autre, celle de Mitterrand et Kolh. Enfin c’est un site majeur pour l’Humanité toute entière. Ici, au cœur de la forêt profonde, cinglé par le vent qui ne manque jamais de souffler en haut de la grande colline, non loin des croix alignées, veillant un instant les corps des héros, chaque être humain peut se souvenir de l’essentiel : Quand la guerre rugit, elle tue. Elle anéanti. 

Ce qu'ils n'ont pas pu faire, nous pouvons chaque jour...

Et elle ne trie pas comme le rappellent les 140 000 corps qui reposent dans l’ossuaire, des corps Français et aussi allemands puisqu’on n’a pas pu les reconnaître. 140 000 morts. Des jeunes, des moins jeunes, des fils, des pères, des frères, qui auraient du continuer à découvrir ce que nous pouvons faire et tant mieux pour nous. Savourer un matin de printemps, la beauté d’une forêt en automne, un soleil d’hiver ou le clapotis des vagues au bord de la Mer. L’amour, la gourmandise, les amis, la famille, s’engueuler même et j’en passe. Douaumont rappelle, en respectant la mort, comme la vie est précieuse, et nous rappelle, comme l’ont dit beaucoup de poilus « il faut faire la guerre à la guerre"

VERDUN c'est aussi... 

les quais à Verdun
les quais à Verdun - Tourisme Verdun

Verdun c'est aussi une superbe destination pour se changer les idées. On  y aime le vélo (on peut relier les différents sites de mémoire via la voie verte, notamment avec des vélos électriques). La ville en elle même vaut un vrai détour, soit pour l'ambiance sur le quai de Londres, soit en visitant la Cathédrale ou le Centre Mondial de la Paix.  On n'oublie pas les fameux obus Braquier, qui sont nés bien avant la bataille, qui sont en chocolat et qui continuent d'épater les gamins en explosant pour libérer pas mal de surprises... 

EN SAVOIR PLUS 

Tourisme à Verdun 

Tourisme dans la Meuse

Les fameux obus de la Maison Braquier. 

Mots clés: