Replay du lundi 26 octobre 2020

La Lorraine c'est beau...comme le Platt

- Mis à jour le

Chaque jour, Jérôme nous raconte ce qu'il trouve beau ou bon en Lorraine. Aujourd'hui, il nous rappelle que la Lorraine compte une des rares langues régionales de France. Ce fameux "platt" qui mérite d'être redécouvert par les plus jeunes ...

la langue Platt est une vraie originalité mosellane dont on peut être fiers
la langue Platt est une vraie originalité mosellane dont on peut être fiers © Getty - picture alliance / Contributeur Editorial - n° : 1228994080 Collection : picture

Une langue ça n'est pas un patois

C’est quelque chose d’avoir sa langue à soi. La Moselle a ce privilège là. Une vraie langue, et non pas un patois. On a confond souvent langue et patois, alors que c’est différent. Un patois c’est une sorte de version d’une langue originelle, une langue c’est une histoire, une façon de penser, de voir les choses. Une histoire c’est bien le cas du platt, même si, à ma connaissance, et vous excuserez le normand passionné de Lorraine qui vous parle, c’est 3 variantes différentes selon qu’on soit autour de thionville, au milieu de la Moselle ou du côté de Sarreguemines et Forbach. Quand je dis une histoire, je pense à ces époques ou la Moselle a changé de nationalité, et avec ce changement, à changé de langue officielle. L’obligation de parler allemand, puis de parler Français, puis l’allemand etc… On en perdait son latin. 

Quand tout changeait, la langue portait la permanence 

Là où on le parlait, le Platt a incarné la permanence de la terre de Moselle. On le parlait quand elle était Française, allemande, peu importe. La langue maternelle, de la maman, de la maison. Une langue qui réunissait les habitants par delà les coups de vent de l’histoire, autour d’une identité commune, Lorraine c’est vrai, Mosellane surtout. Le Platt mérite un vrai regard, notamment par nos jeunes. Il est l’héritier d’un passé multiséculaire. 

Un héritage précieux 

Je l’ai dit mais c’est une façon de penser une langue, et on a toujours interêt à avoir plusieurs façons de voir les choses. L’allemand si organisé parce que dès l’enfance il doit penser sa phrase avant de la dire puisqu’il met le verbe à la fin. Le Français si pratique, et si prêt aux folies et à l’improvisation puisqu’on met le verbe au début, j’allais dire puisque si on commence, on ne sait pas toujours comment on fini. Le breton, que j’ai étudié pour le bac, qui m’a appris à réfléchir sans le verbe avoir. Il y a entre 3000 et 7000 langues dans le monde, et le Platt est de celles là, reconnu langue fragile par l’UNESCO. A nos gamins de recueillir cet héritage, de le sauver, et de le transmettre à leur tour parce qu’au-delà des monuments, des paysages et du passé, la langue d’une terre c’est son âme.  

Mots clés: