Replay du jeudi 18 juin 2020

La Lorraine c'est beau...comme le Val d'ajol

- Mis à jour le

Chaque jour Jérôme nous raconte ce qu'il trouve beau ou bon en Lorraine. Aujourd'hui, il est parti dans les hauts parcourir l'immense et belle forêt vosgienne au Val d'Ajol.

La cascade du Feymont
La cascade du Feymont © Getty - Michel PERES / Contributeur

3500 hectares de forêt

Pour parler du Val d’Ajol, je pourrais vous dire que le Val d’Ajol fait partie des 189 communes du Parc Naturel Régional des ballons des Vosges, elle est la plus vaste commune de Lorraine, avec plus de 80 hameaux et lieux dits, et plus de 3500 hectares de forêt vosgienne aussi belle qu’on l’imagine. Et puis je pourrais rappeler la beauté de l’endroit quand on a quitté la nationale et qu’on le découvre à travers les arbres au détour d’un virage. D’autres s’en sont réjouis avant moi. Et célèbres, tels que Napoléon III, la princesse Pauline, Théophile Gautier et j’en passe. Certains se sont arrêtés devant la belle cascade du Feymont, ou devant la magnifique prieuré d’Hérival, d’autres ont découvert la magnifique feuillée Dorothée. 

vue du Val d'Ajol
vue du Val d'Ajol © Getty - Michel PERES / Contributeur

LE pays du savoir-faire 

Je pourrais donc vous dire tout ça mais moi ce qui me marque chaque fois que je viens au Val d’Ajol, c’est le savoir faire. Industriel par exemple, puisque c’est ici en 1830 qu’est née l’une des plus anciennes entreprises françaises, la maison DeBuyer, dont le métier est de faire des ustensiles pour la cuisine. Une solidité à toute épreuve puisque faite par les mains d’ici. Une entreprise qui a gardé le meilleur du passé mais qui a grand renfort de tests et de reflexion d’ingénieurs, imagine les outils qui vont sublimer le travail des grands chefs du monde entier. 

et de la célébrissime  andouille du Val d'Ajol

A propos de cuisine, le Val d’ajol c’est aussi le savoir faire Culinaire avec la fameuse andouille du Val d’Ajol. Le top de l’andouille si je peux m’exprimer ainsi. Ca n’est pas si commun pour une commune que de donner son nom à une spécialité culinaire qui figure en bonne place au panthéon culinaire national aux côtés des bêtises de Cambrai, de la bergamote de Nancy et j’en passe. Ca valait bien la création d’une foire, par Louis Philippe roi des Français en 1831. Prévue le 3e lundi de février. En fait, comme le vosgien ne recule devant rien quand il s’agit de bien manger et de s’amuser, c’est tout au long du week end qu’on fête l’andouille du Val d’Ajol désormais. Et c’est le moment glorieux où on voit défiler les membres de la « docte et insigne confrérie gourmande des tastes andouilles et gandoyaux » fondée il y a quelques dizaines d’années, dont j’ai l’honneur de faire partie, qui compte aussi pas mal de célébrités, et qui célèbre le délice qu’est la dégustation de cette magnifique andouille, chaude, avec une bonne salade de pomme de terre. Manière bien vosgienne de faire les choses simplement mais avec exigence, parce que pour être accompagnée de si peu de chose, il faut qu’elle soit vraiment bonne cette andouille du val d’Ajol, qui n’est fabriquée qu’ici et nulle part ailleurs et qui a un fabuleux gout de « revient z’y ». Le val d’Ajol, c’est le contraire du Val sans retour des chevaliers de la table ronde, c’est le val où on revient toujours. 

Plus d'infos

sur internet c'est ici