Replay du vendredi 26 février 2021

La Lorraine c'est un carrefour depuis toujours

Chaque jour Jérôme nous raconte ce qu'il trouve beau ou bon en Lorraine. Aujourd'hui il nous rappelle que l'une des beautés de la Lorraine c'est que, bien plus qu'une frontière, c'est un carrefour...

La Place ronde à Toul
La Place ronde à Toul © Getty - Arterra / Contributeur Editorial - n° : 601044648 Collection : Universal Images

L’une des chose que j’aime beaucoup en Lorraine c’est que c’est une carrefour bien plus qu’une frontière. Cette notion de Frontière, elle est finalement assez récente dans l’histoire de Lorraine. Elle date de l’union avec la France et de la naissance de l’Allemagne. Mais au départ, la Lorraine est un carrefour. 

Un carrefour très ancien

Peut être l’un des plus grands carrefours européens, au croisement du Nord et du sud, de l’Est et de l’Ouest. Divodorum, l’antique Metz, était sur la route du sud pour les romains de Trèves, descendant vers Rome avec les produits négociés avec les barbares de l’autre côté du Limes. Le commerce qui a fait la fortune de la ville bien avant que la France et l’Allemagne ne la transforment en place forte, est né de la situation de Metz au carrefour ce que qu’apportait le sud au nord, le nord au sud, et pareil pour l’est et l’Ouest. 

Nancy doit beaucoup à deux influences, celle de l’Italie et celle des Flandres. Des flandres qu’on retrouve dans le tissu et dans des œuvres d’art notamment dans les églises, et l’Italie qu’on retrouve dans de nombreuses facades de la ville vieille, colorées comme à Sienne, et même dans le tracé de la ville qu’on doit, rappelons le, à des italiens commandés par Charles III. Rien que la généalogie des ducs de Lorraine montre la Lorraine comme une carrefour, puisque pour s’assurer la tranquillité, les ducs épousent un coup à gauche et un coup à droite, histoire de rétablir l’équilibre.  

Et toujours un carrefour 

De nos jours, L’axe Nord sud on le voit bien à travers les plaques d’immatriculation des camions de l’A31 et aussi, en été, à ces nombreuses voitures et camping car belges, allemands ou néerlandais qui descendent vers le sud en passant par chez nous, ou qui nous traversent pour aller vers l’Ouest, vers Paris et plus loin la Bretagne ou le sud Ouest.. Ce côté carrefour nous l’avons retrouvé avec l’ouverture des frontières et la naissance de l’Europe. Et il faut le rappeler régulièrement. Notamment à l’Etat, qui a tendance à tout centrer vers Paris, et nous a donc reliés via le fameux TGV Est, mais qui a bien du mal à comprendre l’intérêt de nos lignes ferroviaires vers Lyon et vers le sud. A nous, et à nos élus de rappeler régulièrement que la Lorraine ça n’est pas la fin de la France ou le début de l’Allemagne. La Lorraine c’est un croisement, un lieu de rencontre, d’échange et surtout un lieu de Paix pourvu qu’on comprenne bien cela. 

Mots clés: