C'est ma rue

Olympe de Gouges

le lundi 7 septembre 2015

Je suis née le 7 Mai 1748 à Montauban, d’une famille bourgeoise. Olympe c’est moi ! maman c’est Anne Olympe et comme elle était un peu volage, mon père n’est pas son mari. Je suis instruite, à 17 ans, on me marie avec Aubry, un traiteur inculte et vulgaire avec qui j’ai un garçon, je suis très vite veuve, ça m’arrange …

Je quitte Montauban pour Paris, j’ai de nombreux amants et pas des moindres, des hommes riches et brillants. On me traite de prostituée, peut importe. A cette époque, une femme n’a pas le droit d’écrire, et moi j’ai des choses à dire, trop, ça je l’ai appris a mes dépends !

Je crée une troupe de théâtre ou je plaide la cause des noirs dans ''l’esclavage des noirs''. J’oublie que mon théâtre est subventionné par les gentilshommes du roi. J’évite l'embastillage de peu.

Je suis une femme de lettres, et une politique! Je veux un impôt patriotique, je donne mon programme à des amis : La Fayette, Necker. Je rejoins les Girondins, je suis contre la montée en puissance de la dictature montagnarde, et contre Marat. Non, je ne veux pas qu’on coupe la tête à Louis, ni aux autres d’ailleurs !

Je rédige ''la déclaration des droits de la femme''. Je veux l’égalité des sexes, je suis la première à demander le droit au divorce, la création du PACS. Je veux des maternités, des foyers pour les mendiants !! Même les révolutionnaires me traite de folle !

Ségolène devait me panthéoniser, j’attends toujours !

Bon je suis allée un peu trop loin. Je finie à la bastille, privée d’avocat, je suis condamnée. C’est sous le billot, le 3 novembre 1793, a 45 ans que je crie '' enfants de la Patrie vous vengerez ma mort'', moi OLYMPE DE GOUGES.