C Ma Santé

Du lundi au vendredi à 9h40

C Ma Santé avec  Guy Lesœurs, psychothérapeute
C Ma Santé avec Guy Lesœurs, psychothérapeute © Radio France - Servane Estarellas

La Charge Mentale et la Psychologie

Diffusion du vendredi 3 mai 2019 Durée : 3min

Quand on parle de charge mentale et d’épuisement, on pense à burn-out...

Heureusement que chacun de nous a une charge mentale. Selon les occupations, elle peut être plus ou moins forte au travail, à la maison et même dans les activités sportives ou ludiques. On ne peut pas s’arrêter de penser, de réagir, d’être sensible aux émotions. On mène toujours plusieurs choses de front, même si c’est dur cela fait partie de la vie. 

Quand cela devient préoccupant et handicapant, quand la machine à penser est emballée, que le manège mental tourne trop vite, c’est la surcharge mentale.

C’est-à-dire que l’on se met à « psychoter », à avoir des pensées en pagaille, le plus souvent négatives, qu’on se fait du souci pour tout, qu’on se sent dans l’impasse et qu’on tourne en rond.

Quand c’est trop...c’est trop et la goutte d’eau fait déborder le vase...

C’est exactement cela. La surcharge mentale entraîne une décompensation psychique c’est-à-dire un syndrome d’épuisement avec fatigue excessive, absence d’envie et de plaisir à faire les choses et même un ras le bol envers tout le monde. 

C’est de la physique élémentaire : la surcharge s’accumule et elle se condense pour exploser. 

La personne essaie de se contenir, de se raisonner mais cela ne fait qu’empirer. Elle refoule et cela fait des dégâts psychiques (dépression) et physiques (digestif, maux de tête, sommeil perturbé etc.). 

Le plus souvent, la digue cède c’est le passage à l’acte contre les autres (agressivité), contre soi-même (colère, mauvaise estime de soi, dévalorisation) voire contre les objets ou même contre son travail.

Exemple :  l’usage excessif des jeux vidéo, ce que j’appelle les « abus de console ». est une cause certaine de surcharge mentale surtout quand cela remplace le sommeil: le cerveau est, pendant des heures, soumis à une pression d’informations multiples, de choix et de stimulations diverses et même violentes ce qui induit un état de stress permanent et agit sur l’humeur. 

Comment lâcher prise devant ce stress que l’on ne maîtrise pas ? 

Je fais 3 suggestions qui sont complémentaires

1.    Changer ses habitudes de vie

2.    Se reposer pour faire un wash-out pour éviter le burn-out

3.    Un moyen simple et ponctuel qui devient un rituel salvateur inspiré de la cohérence cardiaque qui permet un certain retour au calme.

Bien sûr, on peut aussi consulter un psy qui vous aide à prendre conscience et changer vos habitudes. 

Changer ma vie ... impossible, je ne peux pas !  J’entends cette litanie à longueur de journée...

J’ai 2 questions quasiment standard : 

1.    citez-moi, dans la semaine, toutes les fois où vous avez dit « non » à qui vous demandait d’agir alors que cela ne vous plaisait pas ? En fait, savez-vous dire non ?

2.    citez-moi, dans cette même semaine, toutes les fois où vous avez dit « oui » à qui vous proposait d’agir (par exemple de sortir) alors que cela vous plaisait ? Et si vous disiez oui plus souvent !

On a toujours le choix de faire ou ne pas faire et les conséquences sont des produits de nos représentations. 

Le repos ou wash-out contre le burn-out

Ménagez-vous des périodes de repos, de wash-out (lavage total) pendant lesquelles vous faites ce que vous voulez et surtout vous vous reposez. Ce sont vos périodes ressources. 

Bien sûr, il existe aussi quelques moyens de lâcher prise comme la cohérence cardiaque.

·         La cohérence cardiaque utilisée régulièrement

Le cœur et le cerveau sont liés nerveusement et interagissent continuellement. Quand l’un s’énerve, l’autre fait de même. 

On ne peut pas maîtriser directement son cœur ni son cerveau; il faut passer par la respiration qui est liée au fonctionnement du cœur. S’il ralentit, il y aura effet direct sur le cerveau au niveau des émotions mais aussi sur la sarabande des idées négatives.

Concrètement, si l’on prend le temps de respirer en conscience, on ralentit sa fréquence cardiaque, l’effet accélérateur du cœur diminue et ainsi calme l’état émotionnel.

Comment faire ? Est-ce que c’est facile ?

Faire 6 respirations par minute (5 secondes d’inspiration et 5 secondes d’expiration) pendant 5 à 10 minutes et les rythmes de nos fonctions biologiques vitales se calment comme les pulsations cardiaques, la pression artérielle et notre manège mental.

C’est un fonctionnement naturel, inné de l’organisme que chacun peut activer par la respiration notamment mais aussi par la méditation et ce, plusieurs fois par jour.

Le conseil : combiner changement des habitudes de vie, de périodes de repos suffisantes et quotidiennement faire deux à trois exercices de cohérence cardiaque :  la charge mentale ne devrait plus être de la surcharge.

Mon nom est Guy Lesœurs. Je suis psychothérapeute , psychanalyste, sexologue linicien . 

Je fais partie de diverses sociétés savantes comme la Société Française de Recherche et de Médecine du Sommeil et la Société Française de Santé Publique. 

J’exerce depuis 13 ans en activité libérale au Paradou à quelques kms des Baux de Provence. Je reçois, les adultes, les adolescents, les couples et les enfants à partir de 10 ans.

Je suis titulaire d’un master 2 de psychologie, de divers diplômes d’université touchant à la santé psychique notamment dans l’approche transculturelle, la gestion du stress et les traitements neuropsychiques des traumas (Intégration des Mouvements Oculaires/EMDR ou le Brainspotting R. 

J’interviens comme conférencier et dans les médias écrits, télé ou radio afin de faire comprendre de manière didactique et concrète ce que sont la psychothérapie professionnelle, la psychanalyse, la sexologie et leurs applications en pratique clinique. 

J’ai longtemps collaboré avec Osmose-Radio à Avignon, avec 3DFM d’Arles (émission avec des détenus) et aujourd’hui avec France Bleu Gard-Lozère.

Sites et blogs : www.guy-lesoeurs-psy.fr / www.guylesoeurs.com