Toutes les émissions

C Ma Santé

Du lundi au vendredi à 9h40

C Ma Santé avec Vanessa Bozec, aromathérapeute
C Ma Santé avec Vanessa Bozec, aromathérapeute © Radio France - Servane Estarellas

Halte à la toxicité et les Huiles Essentielles

Diffusion du jeudi 16 mai 2019 Durée : 4min

Halte à la toxicité ! Attention à ne pas être empoisonné par des personnes, des situations, des émotions ou  par des Huiles Essentielles 

Vanessa Bozec, est Docteur en Pharmacie, spécialiste en aromathérapie

Quand on parle d’aromathérapie, je préfère parler de médecine naturelle plutôt que de médecine douce, car les huiles essentielles sont loin d’être douces.

En effet, tout d’abord, une huile essentielle peut renfermer jusqu’à 100 molécules

différentes, par ailleurs l’aromathérapie est certes une branche de la phytothérapie mais une huile essentielle est très concentrée et pour illustrer cette puissance, sachez, qu’une seule goutte d’huile essentielle équivaut à 70 tasses de tisane.

Donc en effet, les huiles essentielles sont très efficaces mais elles devront toujours

être utilisées avec prudence et connaissance car d’une huile essentielle à une autre, la

toxicité peut être très différente et donc les précautions d’emploi ne seront pas les mêmes.

De manière courante, les huiles essentielles sont plutôt utilisées par voie cutanée et un des risques fréquents est celui de l’irritation cutanée pouvant aller jusqu’à la brûlure. On parle de dermocausticité, cela veut dire qu’une huile essentielle dermocaustique sera irritante pour la peau et cet effet secondaire arrivera si on utilise l’huile essentielle pure sur la peau. Pour éviter ce risque d’irritation, il suffit de diluer l’huile essentielle dans une huile végétale avant son application sur la peau.

Il en existe beaucoup et je ne pourrai pas toutes les citer mais globalement ce sont les

huiles essentielles riches en phénols ou en aldéhydes. Pour les plus connues et utilisées, on retrouve celles de Cannelle de ceylan, de Thym à linalol et à thymol, de Menthe poivrée, de Clou de girofle, de Gaulthérie, de Sarriette ou encore celles d’Origans et aussi toutes les huiles essentielles d’agrumes: citron, orange douce, bergamote, pamplemousse...

Toutes ces huiles essentielles devront être toujours diluées dans une huile végétale à

maximum 20% avant d’être appliquées sur la peau.

Après application cutanée d’une huile essentielle, il est recommandé de ne pas exposer la zone traitée dans les 6h, mais cela ne concerne pas toutes les huiles essentielles. On parle d’huiles essentielles photosensibilisantes pouvant entraîner des brûlures cutanées ou tâches brunes irréversibles en cas d’exposition au soleil.

Cela concerne toutes les huiles essentielles d’agrumes que j’ai citées juste avant et aussi

celles de livèche, céleri, cumin, angélique par exemples, cette phototoxicité est liée à la

présence de furocoumarine.

De nombreuses huiles essentielles présentent une neurotoxicité (c’est le cas par exemples de celles de Menthe poivrée, de Romarin à camphre, d’eucalyptus globuleux, de lavande aspic, de cèdre de l’atlas qui sont soit riches en cétones ou en 1,8 cinéole). Cette toxicité peut altérer le système nerveux central entraînant convulsions ou paralysies par exemples, surtout si le système nerveux n’est pas encore mature comme c’est le cas du foetus et de l’enfant de moins de 12 ans, ceci explique aussi pourquoi les personnes épileptiques doivent utiliser les huiles essentielles neurotoxiques avec prudence.

Certaines huiles essentielles sont toxiques pour le foie, on parle d’hépatotoxicité.

C’est le cas des huiles essentielles de Clou de Girofle, de Cannelles, Origans, Thyms

vulgaires, Sarriette…Huiles essentielles riches en phénols.

Cette toxicité existe en aigue en cas d’ingestion élevée en 1 prise, mais aussi si on utilise l’huile essentielle quotidiennement sur une longue durée et cela même par voie cutanée.

C’est pour cette raison que la règle est de pratiquer des traitements limités à 7 jours et pour des traitements de plus de 3 semaines, il faudra toujours faire 1 pause c’est à dire une fenêtre thérapeutique d’au moins 1 semaine avant de reprendre ou bien faire 2 jours d’arrêt tous les 5 jours. Les personnes souffrant d’une maladie du foie, les femmes enceintes ou allaitantes et les enfants surtout de moins de 6 ans devront donc pas utiliser ces huiles essentielles.

Il est important de rappeler qu’avoir recours aux huiles essentielles ne s’improvisent pas et qu’il ne faut pas jouer aux apprentis sorciers sans se renseigner dans des livres sérieux ou auprès d’un expert en aromathérapie.

mon-aromatherapie-bio.com

https://vanessences.fr/

Vanessa Bozec est docteur en Pharmacie, diplômée de la faculté de Rennes. Elle est spécialisée en aromathérapie, phytothérapie et médecines naturelles. Pendant plus de 15 ans, elle a exercé comme pharmacienne dans plusieurs officines, en Bretagne, à Paris puis dans les Cévennes. 

Aujourd’hui elle exerce comme pharmacienne pour le laboratoire d’aromathérapie qu’elle a cofondé. Elle partage sa passion de l’aromathérapie à travers des ateliers, des formations et consultations en ligne.