Replay du jeudi 25 mars 2021

Hypocondrie

- Mis à jour le

ça coince, vous êtes bloqués, vous avez mal partout !!! Pas le moral, des douleurs, envie de pleurer, et vous êtes mort d’inquiétude… C’est peut-être grave …

C Ma Santé avec  Guy Lesœurs, psychothérapeute
C Ma Santé avec Guy Lesœurs, psychothérapeute © Radio France - Servane Estarellas

Hypocondrie. Je me sens mal tout le temps mais qu’est-ce que j’ai donc ?

Qui n’a jamais pensé à la maladie grave voire incurable parce qu’il a mal quelque part et que cela dure ? Je tremble , c’est le Parkinson ! J’ai mal au ventre, j’ai un cancer digestif, mal à la tête tumeur au cerveau…etc. On se gâche souvent la vie pour rien. C’est ça être hypocondriaque ?

Oui à peu près.

L’hypocondrie n’est pas une maladie somatique mais psychique. Le mot vient d’hypocondre, partie de l’abdomen qui contient une partie des viscères tels que le foie, la vésicule, et le système digestif.

L’hypocondriaque tourne en rond et se nourrit de ses ressentis négatifs et de ses inquiétudes. L’intranquille ou le jamais tranquille. Même quand il ne ressent plus rien, il se demande ce que cache ce silence soudain de ses organes…et voudrait se rassurer par un bilan général.

Alors, on va chercher et devinez où ? Sur Internet ou le réservoir à angoisses car la toile va remplir insidieusement d’explications fumeuses, de préjugés foireux et d’avancées pseudo-scientifiques. C’est plus Tony qui l’a dit c’est internet et le professeur Machin…

Du rhume on passe au rhumatisme articulaire aigu qui n’a aucun rapport sinon l’homonyme car il est fort impropbable que l’affectionn viarle devienne streptococcique.

Bref, c’est intenable et un cercle vicieux.

Oui, car l’hypocondrie englobe absolument toutes les maladies ou plus justement toutes les possibilités de maladies même les plus rares et bien sûr, même les maladies mentales. Je suis un peu déprimé : ça y est je suis bipolaire, comme mon arrière grand père ! Voilà la psychogénélaogie qui s’en mêle science inexacte s’il en est, sujette à caution. Ca y est, je sais que je paye la note de mon ancêtre condamné aux galères !

Au bazar des angoisses, je vais choisir une belle brochette cancer, infarctus, bipolarité et alzheimer …pour plus tard.

Le médecin aura fort à faire pour dénouer les fils de ces angoisses,

Bien sûr, un sacerdoce car le médecin ne veut pas passer à côté de vrais malades.

Il va rassurer au début par analyses, scanners etc. et puis le passer au psy… qui accueillera à son tour la plainte et même s’il en soulignera le caractère obsessionnel, masochique voire paranoïde, il va user ses oreilles et sa salive. Il aura beau me rassurer, je suis dans ma plainte et dans ma peur et je compte y rester car c’est ma vie.

Voilà pour l’hypocondriaque chronique.

Comment l’aider ?

Il faudra longtemps et une patience d’ange pour le persuader que ce sont des angoisses sans fondement. Cela ne se fera que si les grandes pathologies sont exclues par la médecine, le psy réussit à garder la confiance de manière permanente et prendra son temps pour le comprendre, l’écouter mais le cadrer aussi. Très souvent, l’hypocondriaque comme il l’a fait avec les médecins passera d’un psy à un autre et, bien sûr, fréquentera les guérisseurs de tous bords.

Guy Lesoeurs, Psychothérapeute, Psychanalyste et Sexothérapeute 

Guy Lesoeurs, psychothérapeute
Guy Lesoeurs, psychothérapeute © Radio France - Servane Estarellas

Guy.lesoeurs@guy-lesoeurs-psy.fr