Toutes les émissions

Ca vaut le détour : l'invité

Du lundi au vendredi à 17h03

Aux Forges de Fraisans le 12 janvier prochain
Aux Forges de Fraisans le 12 janvier prochain

Gilles Perrault, auteur pour le théâtre, et Jean Michel Potiron du Théâtreàtoutprix, Cie Hors- tout/ Hors clous

Diffusion du mercredi 29 novembre 2017 Durée : 32min

Le Lièvre de Pripyat interroge notre «condition nucléaire». Jouant avec les codes du théâtre la metteure en scène du spectacle côtoie ses personnages sur scène et nous fait part de ses tourments de créatrice. Accompagné par un musicien, le chœur déplore " la navrante camelote de cette soi-disant technologie de pointe" tandis que Jacques, écologiste résigné, reçoit des amis pour une soirée crêpes. La consommation de chouchen aidant, il se remémore ce fameux week-end d'avril 1986 en Corrèze où se mélangent dans son esprit les joies du camping, le souvenir d'une déception amoureuse et celui de l'explosion de la centrale de Tchernobyl, une catastrophe qui l'avait laissé hébété et lui avait donné l’étrange sensation de vivre ses derniers instants de paix avant le grand hiver nucléaire... Trente ans après le soleil brille toujours, tout semble calme mais les particules continuent d'irradier...

En mêlant l’intime et le politique, la petite et la grande histoire, le spectacle explore notre désenchantement contemporain face à la tragi-comédie nucléaire.

Conception et mise en scène Julia Dreyfus

Co-écriture Gilles Perrault

Avec Clément Cottenot-Foucher, Julia Dreyfus, François Dumont, Lucie Girardot, Mathieu Guillaume, Tony Martorano

Création lumières Claire Michoux

Dans le cadre de la programmation Hors-Tout/Hors clous, le Théâtreàtoutprix et la Cie Les Écorchés sont heureux de vous présenter

Et les poissons partirent combattre les hommes

texte Angélica Liddell, mise en scène Julien Barbazin, avec Benjamin Mba

Tout est subversif dans Et les poissons partirent combattre les hommes à l’heure des vagues de migrants, des réfugiés et des naufragés par milliers en mer Méditerranée ! Le double travestissement du comédien (magnifique Benjamin Mba) d’homme en femme, de noir en blanc. Notre posture de public invité par cette femme-homme noire-blanche polie à l’envi, cordiale, maniérée, guindée, en robe de réception sur quoi ? un bateau de croisière ? nous servant du champagne tandis qu’ailleurs, chutant d’esquifs plus frêles, des émigrés par milliers se noient. Le drapeau européen positionné comme lors d’un meeting devant un micro sur pied (qui ne servira à rien puisque l’Europe restera silencieuse) auquel l’hôte-hôtesse s’adresse tout sourire en lui-nous disant « Madame la pute ». Les recommandations qu’il-elle lui-nous donne de ne pas avoir peur (il doit y avoir un serviteur de couleur sur le bateau) « du noir ». L’affirmation qu’il-elle nous lance à la face depuis sa position d’homme-femme noir-blanc(he) (comme si cela n’était pas une évidence) : « Oui les noirs et les pauvres aussi sont des êtres humains ! ». JM Potiron

http://julienbarbazin.wixsite.com/cie\-les\-ecorches/et\-les\-poissons

avec la voix de Céline Morvan, son : Antoine Lenoble et Charles Barbazin, coproduction La Cie les Écorchés (Dijon) et le Festival de Caves (Besançon).

Au cabinet de Faïza Benchernine, 23 rue e la République à Besançon, les 30 novembre, 1 et 2 décembre à 20h30, le 3 à 16h