Webradio 100% Johnny Hallyday

Écoutez la webradio dédiée à Johnny Hallyday

France Bleu rend hommage à Johnny Hallyday. Découvrez avec notre webradio ses plus grandes chansons, mais aussi des rendez-vous et séries que nous avons consacrés au chanteur.

Émissions Toutes les émissions

Callejon

Le samedi à 12h05

Morante de la Puebla, Manzanares et Thomas Dufau

Podcasts : iTunes RSS
Manzanares sort en triomphe des arènes de Plumaçon
Manzanares sort en triomphe des arènes de Plumaçon © Radio France - Henri Stassinet

Première des 5 corridas de la Madeleine 2014 avec Morante de la Puebla, Manzanares et Thomas Dufau sur des toros de la ganaderia Zalduendo dans les arênes de Plumaçon.

Madeleine 2014, le dossier France Bleu

Une corrida de super stars pour débuter cette Madeleine millésime 2014 avec Morante de la Puebla et Manzanares sur des toros de Zalduendo par Domecq, de l’hyper luxe ! La voie royale. L’avenue Montaigne du "toreo".Troisième homme, il est sur ses terres, Thomas Dufau qui joue lui une grande partie de son avenir sur cette seule course. Si ça le fait, ce peut être un feu d’artifice avant l’heure et un lancement de feria exceptionnel.

Corrida de La Madeleine, le direct   

« Il me reste à m’acheter des bottes de foin de paille pour apprendre à tuer »… déclaration lapidaire de Thomas Dufau au terme d’une deuxième faena étincelante hélas conclue, par une épée défaillante. Une faena de sans doute deux oreilles qui aurait enfin permis au gascon de décoller, de vraiment s’imposer dans une grande arène ce qu’il n’a pas fait depuis Nîmes il y a presque deux ans au terme de son premier été de matador de toros.

Thomas Dufau sur ses terres - Radio France
Thomas Dufau sur ses terres © Radio France - Henri Stassinet

Dufau qui sur le meilleur Zalduendo d’un lot correctement présenté mais fadasse, faiblard et sans race s’envole. « Porta gayola » pour la « larga» à genoux, puis faena appliquée, variée, intelligente, allurée, construite, engagée. Des deux mains, avec décision aussi. Mais la main justement a tremblé, ou le cœur a failli à l’estoc. Dufau tellement abattu, tellement triste, tellement dépité qui sort du Plumaçon, son arène,  les larmes aux yeux, la rage à la bouche. Il sait avoir, dans son style, fait quasiment jeu égal avec Manzanares. Il sait les regards du milieu taurin qui ont scruté cette corrida, laquelle pouvait être lourde ou lumineuse de conséquences pour lui. Dufau a réalisé pour l’ouverture de sa Madeleine sans aucun doute la faena la plus aboutie de sa jeune carrière. Mais cette image… il jette un dernier regard, et abandonne un dernier mot, dans un souffle… » Pour gagner il faut marquer ». Il sort la tête basse.

Jose Maria Manzanares, lui, a révélé deux toros retors pourtant, de peu de qualité et de race éteinte. Deux Zalduendo bourriques d’un lot convenablement présenté mais faiblard et sans jus, toros rétifs et sans puissance à l’exception du dernier. Deux petites leçons magistrales de tauromachie juste et pure déposées par Manzanares sur le sable du Plumaçon . Orfèvre de rigueur, de savoir et d’élégance raffinée. Manzanares des beaux et bons jours. Il est technique, il oblige les Zalduendo sans contraindre, il alterne tauromachie de loin,  cites de face et toreo de proximité, sans affectation ni excès ostentatoires. Il tue son premier Zaladuendo « al recibir ». Il tue le deuxième d’une entière en place foudroyante. Triomphe sans contestation possible. Dufau, auteur d’une ultime faena qui est sans doute la meilleure de sa carrière, sombre à l’épée et perd probablement de deux oreilles. Le gascon anéanti, accablé par cet échec qui se mure dans un silence  sombre. Jour sans pour Morante avec deux carnes. Le génial andalou fixe trois éclairs et deux détails, exquises esquisses mais bien fragiles eaux fortes quand le peuple attendait la grande fresque. Morante sort tout seul, Manzanares à dos d’hommes sous l’ovation. Dufau part pleure sa peine.

Morante de la Puebla à la feria de la Madeleine - Radio France
Morante de la Puebla à la feria de la Madeleine © Radio France - Henri Stassinet