Des clous sur les routes du Tour de France

Petites ou grandes histoires du Tour de France

France Bleu, radio partenaire exclusive du 100ème Tour de France vous propose de découvrir une histoire - petite ou grande - née de l’une des 99 éditions de la grande boucle.

Aujourd'hui, l'histoire des clous sur les routes du Tour, avec Gérald Paris. On se rappelle tous de cette course neutralisée l'année dernière lors de la 14ème étape entre Limoux et Foix : ils sont nombreux à avoir crevé au sommet du col de Péguère. Une image assez rare ces dernières années, mais malheureusement fréquente au début du 20ème siècle. Des clous sont parfois répandus par kilos sur les routes. La 1ère étape du Tour 1905 a été le théâtre de nombreuses crevaisons : quinze concurrents arrivent dans les délais à Nancy, les autres sont finalement repêchés. Des clous encore en 1910 entre Tyrosse et Dax. Et ce sont parfois, les coureurs eux même qui sèment les pointes métalliques pour distancer l'adversaire. A l'époque l'union vélocipédique de France prend des sanctions sévères, mais il y aura toujours des clous sur certaines étapes, jusqu'à la première guerre mondiale. Maurice Garin lui pense avoir trouvé la parade : dans le pneu il protège le boyau avec une sérieuse épaisseur de mèches pour lampe à huile. Lors de ses deux tours de France en 1903 et 1904, il dit n'avoir crevé que deux fois...

Partager sur :