Replay du mardi 27 octobre 2020

Fromage de chèvre en Cerdagne

- Mis à jour le

Du fromage de chèvre à Sainte-Léocadie sur la RN116, nous sommes chez Philippe Chevallier au Pré Cerdan. Une philosophie, le respect de l’animal, jusqu’à la fin de sa vie.

Image d'illustration : chèvre
Image d'illustration : chèvre © Getty - Nancybelle Gonzaga Villarroya

Il pratique la monotraite manuelle dans la tradition, le lait reste naturellement d’avantage maturé. Ici les Chèvres des Pyrénées sont reines et après des années de service, Philippe met tout en œuvre pour qu’elles puissent finir leurs vies dans l’apaisement des montagnes Catalanes. 

La vente c’est directement sur l’exploitation. Et il y a un projet de conversion bio.

La situation actuelle

Avec la crise du coronavirus et la fermeture de la route des montagnes il y a quelques mois, les difficultés ont été là mais globalement ça va.

Philippe Chevallier : 

On a eu des moments difficiles avec la fermeture de la route nationale 116. Après la réouverture on a commencé à bien travailler courant juin. Nous on a un cheptel qui est relativement réduit et on fait une quantité de lait qui est toujours la même. On a adapté notre production en fonction des demandes, mais bon on a notre clientèle et ça n’a pas dérogé cette année, on n’a pas trop souffert pas rapport à d’autres éleveurs, d’autres agriculteurs qui sont beaucoup plus en recul. Nous on est sur le bord de la nationale, on a un emplacement idéal, donc la clientèle est venue chez nous comme à l’accoutumée et on a eu en plus tous ces clients français qui n’ont pas voulu partir en Espagne, on a vendu d’avantage de faisselle que les autres années, parce que les gens avec la faisselle, c’est un caillé frais de chèvre, ils ont l’impression de se rapprocher beaucoup plus du produit frais. Donc on a vendu plus de faisselle. Et après on a les Catalans du Sud, en énorme quantité et ça c’est une clientèle pour nous extraordinaire.

L’engagement pour les animaux 

L’élevage c’est beaucoup de travail c’est aussi la fierté des bons produits et Philippe a la volonté de faire en sorte que ses chèvres puissent évoluer en toute quiétude, y compris à la fin de leurs vies.

Philippe Chevallier : 

On ne fait pas partir nos bêtes à l’équarrissage, quand elles sont vieilles on les garde chez nous jusqu’à la fin ou on essaye de les placer chez des gens, d’ailleurs je passe un appel, s’il y a des gens qui ont des terrains suffisamment clôturés pour pouvoir recevoir des bêtes pour débroussailler, on a quelques vieilles chèvres ou des moins vieilles, à placer, pour qu’elles finissent leurs jours dans de bonnes conditions.

La ferme du Pré Cerdan à Sainte-Léocadie en Cerdagne tout près de la RN116.

Mots clés: