Replay du mercredi 27 mai 2020

Aux Pieux, les travailleurs de l’amer brassent une bière bio

Aux Pieux, les travailleurs de l’amer brassent une bière bio à retrouver dans les restaurant, les épiceries fines et les biocoop

Guillaume DE LESTRANGE
Guillaume DE LESTRANGE - Guillaume DE LESTRANGE

La brasserie locale LES TRAVAILLEURS DE L’AMER a le circuit court dans ses gènes. « C’est une énorme partie de notre chiffre d’affaire » explique Guillaume DE LESTRANGE, son responsable. Et d’ajouter : « et on ne souhaite pas en rester là. On veut renforcer nos collaborations locales ».

La brasserie artisanale LES TRAVAILLEURS DE L'AMER
La brasserie artisanale LES TRAVAILLEURS DE L'AMER - Guillaume DE LESTRANGE

Tout ici a été pensé pour être vertueux.

De l’électricité (forcement verte) à la consommation d’eau limitée à son maximum, LES TRAVAILLEURS DE L'AMER se sont engagés une démarche volontariste qui montre qu’on peut respecter un cahier des charges draconien tout en proposant un produit financièrement accessible. Et les idées ne manquent pas. En témoigne ce projet de recyclage de bouteilles mené conjointement avec les cidriers du coin. "On avance petit à petit... C'est un beau projet." raconte Guillaume DE LESTRANGE.

Guillaume DE LESTRANGE
Guillaume DE LESTRANGE - Guillaume DE LESTRANGE

Un objectif: être le plus vertueux possible.

La brasserie artisanale LES TRAVAILLEURS DE L’AMER produit des bières labellisées bio selon la méthode traditionnelle de re-fermentation haute. Inspirée par les « Ale » anglaises.

« Pour faire une bière bio, on doit encore aller chercher les malts et les houblons ailleurs, mais bientôt on pourra acheter 100% normand. Une malterie tourne à Bayeux, mais j’attends qu’elle obtienne la certification bio pour pouvoir travailler avec elle ». En attendant, Guillaume DE LESTRANGE commande ses houblons en Bretagne. « On se rapproche » glisse-t-il avec malice. L’équipe porte une attention particulière à l’origine de ses matières premières : malts d’orge et de froment, houblons et sucre de cannes, exclusivement issus de l’agriculture biologique : la qualité se décide.

La bière locale LES TRAVAILLEURS DE L'AMER
La bière locale LES TRAVAILLEURS DE L'AMER - Guillaume DE LESTRANGE

Une brasserie à l’histoire déjà riche

Si l’aventure débute en 2013 grâce à David COSSERON, Maître-Brasseur du Cotentin, c’est à partir du 24 mai 2019 qu’elle prend une nouvelle dimension, avec l’arrivée de Guillaume DE LESTRANGE et de ses associés aux Pieux. Nouvel atelier de brassage, espace de vente direct, cette équipe de passionnés fait découvrir ses créations au travers de partenariats bien trouvés.

Je suis fier de ne pas avoir cédé aux sirènes de la grande distribution

Si (pendant la crise déclenchée par le Covid-19 et son confinement) il aurait été simple de répondre par la positive aux nombreuses sollicitations des chaines de grande distribution hyperprésentes localement, Guillaume DE LESTRANGE a fait le choix de ne proposer ses produits qu’avec des commerçants triés sur le volet.

On travaille énormément avec les distributeurs locaux

Les bières LES TRAVAILLEURS DE L'AMER
Les bières LES TRAVAILLEURS DE L'AMER - Guillaume DE LESTRANGE

Il y a les restaurants, les associations, comme la ruche qui dit oui, Cotentin terroir, la croisée des paniers ou Cotentin shop, qui bien souvent sont gérés par les producteurs eux-mêmes. Il y a les épiceries fines, où les bouteilles sont choyées comme autant de petits bijoux. Il y a aussi le réseau des BIOCOOP qui a toujours été un soutien pour Guillaume DE LESTRANGE. « Ils ont été là, tout le temps. Ce sont de vrais partenaires » dit avec gratitude le jeune artisan. « On donnera toujours la priorité aux circuits courts et à nos distributeurs historiques ».

Le confinement n’a pas changé les modes de consommation

"Nous avons pu reprendre la vente directe à notre magasin aux Pieux la semaine dernière et nous sommes ravis de voir revenir les amateurs de notre gamme de bières bio: la blanche, la blonde, l’ambrée, l’IPA et la stout.

Nous avons repris les brassages récemment afin d’être en mesure de fournir nos clients durant la saison estivale. Et rien ne se perd puisque je distribue les drêches (ndlr: terme employé pour désigner le malt d’orge après le brassage) à mes vaches à la ferme!"

Les drêches de malt de la brasserie sont données aux vaches
Les drêches de malt de la brasserie sont données aux vaches - Guillaume De Lestrange

Guillaume DE LESTRANGE l’assure : le confinement n’a pas fait foncièrement évoluer les mentalités. En revanche, il a peu finir de convaincre quelqu’un qui était sur la bonne voie… « Le confinement a renforcé le lien avec une clientèle amateur de bière. Une clientèle qui a compris la nécessité de s’approvisionner localement. Ça n’est pas tombé d’un coup du ciel. »

LES TRAVAILLEURS DE L'AMER

23 route de Cherbourg, Les Pieux

+33 6 12 32 44 83

contact@travailleursdelamer.com