Replay du mercredi 5 août 2020

Yangchen Guillier, tatoueuse et galériste à Ouessant

- Mis à jour le

La jeune femme présente Ti an Tatouiñ au micro d'Axel Perret, une nouveauté sur le parcours des artistes et artisans d'Ouessant (29).

Yangchen Guillier, tatoueuse à Ouessant
Yangchen Guillier, tatoueuse à Ouessant

Se faire soigner, se fournir en matériel technologique ou se faire tatouer, quand on habite une île, c'est parfois la galère : une expédition qui peut durer de 2 ou 3 jours. Presqu'un français sur 5 aujourd'hui est tatoué, il était donc logique que ce commerce d'art s'ouvre aussi à Ouessant.

Depuis le 1er juillet, on peut se faire dessiner une morganez (sirène) près de chez soi grâce à Yangchen Guillier, face au célèbre pub "Ty Korn" dans le bourg de Lampaul. Originaire de Saint-Malo (35), elle a étudié à Rennes (35) où elle décroche un master de philosophie, mais renonce à enseigner, quitte la ville et choisi Ouessant à 22 ans pour sa beauté et ses habitants. 

La petite annonce de remplaçante postière, ça a été un signe pour moi !

Après avoir été surveillante au collège du Ponant, puis factrice sur l'île, la jeune femme a crée "Ti an tatouiñ" (en breton la maison du tatouage) et propose une approche symbolique à travers le vécu des personnes. L'artiste échange beaucoup avec ses clients avant de définir un motif qui peut être suggéré par le tatoué mais achevé par la tatoueuse.

Le salon de Yangchen (un prénom tibétain) fait aujourd'hui partie du collectif d'artistes-artisans "Le Chemin des Créateurs " : une autre façon de visiter l'île à la rencontre de savoirs-faire et créations originales. Son salon est aussi une galerie où elle aime à partager ses travaux :  peinture sur céramique, sur papier, peinture numérique, linogravure.

Ty an Tatouiñ, le salon de tatouage et galerie d'Ouessant
Ty an Tatouiñ, le salon de tatouage et galerie d'Ouessant

Le salon Ti an tatouiñ est ouvert tous les jours à Ouessant au bourg de Lampaul, sauf le lundi et jeudi, de 10h à 12h et de 13h à 17h ou sur rendez-vous.

Mots clés: