Replay du samedi 29 mai 2021

La tomate, un coktail de bienfaits et de saveurs. Thierry des Arcades à Grenoble nous livre ses secrets

- Mis à jour le

Pauvre en calories, riche en eau, en vitamines, en minéraux, en oligo-éléments et en fibres. La tomate regorge de bienfaits. Thierry de la Brasserie Les Arcades à Grenoble la cuisine en tarte tatin, en omelette et farcie aux légumes.

Thierry bayle
Thierry bayle - Brasserie Les Arcades Grenoble

La tatin de tomates aux graines de fenouil

Recettes du chef de la Brasserie Ls Arcades
Recettes du chef de la Brasserie Ls Arcades - Thierry Bayle

Gâteau au chocolat et à la tomate , le Surprenant de Catherine

Ingrédients

  • 3 tomates bien mûres
  • 150g de chocolat noir à pâtisser
  • 2 cuillères à soupe de cacao non sucré
  • 100g de farine ou alors maïzena sans gluten
  • 80g de sucre
  • 1 cuillère à café d'extrait de vanille
  • 1 cuillère à café de levure chimique
  • 1 pincée de fleur de sel
  • 4 œufs
  • 125ml de lait de coco ou de crème liquide

On peut rajouter un nappage au chocolat.

  1. Faire  fondre le chocolat 1 minute, on garde 2 cuillères à soupe pour le nappage.
  2. Couper  les tomates et  les mixer au blender soit avec le lait de coco soit avec la crème liquide.
  3. Dans un bol mélanger la farine et le cacao et la levure et la fleur de sel.
  4. Dans un autre bol,  fouetter le sucre avec la vanille et les œufs jusqu'à ce que l'ensemble fasse une mousse et  incorporer la tomate mixée. Mélanger, ajouter le chocolat refroidi dans le bol, ajouter les ingrédients de l'autre bol et mélanger le tout.
  5. Beurrer le moule.
  6. Enfourner à 180 degrés pendant 35 à 45 minutes, surveiller que ce ne soit pas sec.
  7. Une fois refroidi, démouler le gâteau.
  8. Réchauffer un peu le chocolat qui reste pour faire le nappage au-dessus et tout autour.
  9. Pour la déco clownesque ajouter une petite tomate cerise ou dessiner des choses sur le nappage. Si on veut ajouter le nez de clown, mettre une tomate cerise ou couper une tomate en moitié et la placer sur le nappage.

Merci à Catherine de Voreppe

Mots clés: