Toutes les émissions

Consomatin

Du lundi au vendredi à 6h24 et 8h24

Vous n'avez pas pu les louper en cet été 2018
Vous n'avez pas pu les louper en cet été 2018

Glaces Kinder : êtes vous tombé dans le piège marketing ?

Diffusion du lundi 27 août 2018 Durée : 2min

Un vrai carton... mais le marketing n'y est pas pour rien

Même s’il avait fait -4° pendant les deux mois de l'été 2018… vous auriez quand même acheté ces glaces : tout a été fait pour vous faire craquer… c’est du pur marketing et ça a marché du feu de dieu. 

Etape 1 : pourquoi transformer Kinder Bueno en glaces ?

L’idée de ces glaces date de la fin de l'été 2017 : Ferrero le propriétaire italien de Kinder (qui possède aussi tic tac et nutella) imagine une version glacé de son Kinder Bueno. 

Et ce n’est pas un hasard :Kinder Bueno est le seul produit de la marque destiné aux adultes. 

Tout le reste, c’est pour les enfants !

En choisissant ce produit, la marque était sûre de ramasser les enfants sur le nom Kinder… et les adultes sur le nom Bueno.

C'est du marketing et c'est malin !

Etape 2 : des glaces Kinder fabriquées par... le concurrent de Kinder ! 

Ferrero a imaginé le produit mais ne le fabrique pas car il n’a ni les usines, ni le savoir faire.  

Alors c’est son concurrent qui va s'en charger… le fabricant des glaces Miko et Magnum : le groupe anglo-néerlandais Unilever. 

Mais comment est-ce possible ? 

C’est simple, Ferrero va passer un contrat de franchise avec son concurrent : Kinder fait la recette et Unilever, la fabrique.  

Toutes les glaces Kinder que vous avez pu déguster cet été sont réalisées à Saint Dizier (en Haute Marne) dans l’usine Miko qui est un des symboles de la ville. 

C'est du marketting et c'est malin !

L'usine Miko de Saint-Dizier dans le Grand-Est  - Aucun(e)
L'usine Miko de Saint-Dizier dans le Grand-Est

Etape 3 : susciter l'envie...

Le produit est lancé en avril dernier. 

Certains magasins vont être livrés d’autres non. 

Il n’y a pas pire pour susciter l’envie chez les consommateurs puisque c’est toujours le produit qu’il n’y a pas ou qu’il n’y a plus que l’on veut… c’est vieux comme le monde et la marque va créer cette envie de toutes pièces. 

C'est du marketing et c'est malin ! 

Etape 4 : prêcher les convaincus ! 

Les fameuses glaces ont été lancées dans 5 pays seulement : France, Allemagne, Autriche, Suisse et Belgique… les 5 plus gros pays consommateurs de la marque Kinder. 

C’est presque trop facile. 

Résultat, Ferrero espérait faire 60 millions de chiffre d’affaire avec ces glaces… ce sera surement plus !