Toutes les émissions

Consomatin

Du lundi au vendredi à 6h24 et 8h24

#fierteelorraine
#fierteelorraine

La mirabelle est partout... et ce n'était pas gagné d'avance

Diffusion du mercredi 5 septembre 2018 Durée : 2min

Notre fruit d'or a bien failli disparaître dans les années 80

Il y a 30 ans, elles arrivaient sur les étals des marchés mi août.

Fin septembre, toute la production était mangée en fruits frais puis transformée en confitures, en fruits au sirop, en goutte ou congelée mais c’était pour notre consommation personnelle de lorrains. 

Le problème, c’est qu’il ne restait plus rien pour les autres régions, ni pour les autres pays.

C’était un fruit de l’est pour les gens de l’est

Résulat, dans les années 80, la production de mirabelle s’essouffle : ça n’intéresse plus les producteurs de faire pousser un fruit que seule une petite partie de la France achète. 

A partir de 1991, la mirabelle part en voyage 

Cette année là, 200 producteurs de la région qui représentent 600 hectares de vergers sur les 4 départements lorrains créent une énorme coopérative entièrement dédiée à la Mirabelle. 

Son nom : Végafruits (le siège est à Saint Nicolas de Port entre Nancy et Luneville). 

Le but du jeu pour eux était de faire sortir cette merveille de sa Lorraine natale et de porter la bonne parole dans le monde entier. 

Et ça marche ! 

C’est à partir des années 90 que la mirabelle explose ailleurs qu’en Lorraine. 

Les émissions cuisine d’Antenne 2 ou d’FR3 à l’époque lui consacre des heures entières. 

A partir de 1995, toute copie devient impossible

En 1995, Végafruits demande à ce que le nom "mirabelle de Lorraine" soit protégé. 

La mirabelle est le premier fruit à obtenir une indication géographique protégée (IGP), du jamais vu à l’époque.

Les producteurs doivent se trouver en Lorraine et respecter un cahier des charger précis sinon interdiction d’utiliser le mot "Lorraine".  

A partir de 2000, la mirabelle investit l'industrie

Début des années 2000, la grande coopérative Végafruits investit dans la congélation à grande échelle, ce qui permet de vendre de la mirabelle aux industriels.

Et ça change tout : depuis quelques années, la mirabelle se retrouve en supermarchés dans des petits pots pour bébé blédina, dans des confitures reflets de France disponible dans tous les carrefour de France, dans des compotes andros, dans des yaourts yoplait... etc.

Tout ça est très récent. 

Il ne reste qu’une chose qu’il sera difficile à faire avaler au reste du monde : l’eau de vie à la mirabelle…