Toutes les émissions

Consomatin

Du lundi au vendredi à 6h24 et 8h24

Leclerc se lance dans l'occasion

Diffusion du mardi 26 mars 2019 Durée : 2min

Et ça se passe à Betting et Creutzwald.

Le concept de magasins d’occasion est né en France avec Cash Converters en 1994 (l'enseigne est d'origine australienne et existe depuis très longtemps dans les pays anglo-saxons). 

Le concept est simple : vous vendez à l’enseigne, des livres, des DVD, des appareils high-tech (tout sauf les meubles et les vêtements) et elle vous rachète vos affaires en se débrouillant ensuite pour les vendre dans le magasin. 

A moins que vous ne souhaitiez vendre un Iphone dernier cri, vous obtiendrez très très très peu d’argent. 

Même principe pour Happy cash à Metz Metzanine ou encore Cash Express à Sarreguemines, Forbach, Saint Avold ou encore Talange. 

Tous ces magasins ont plutôt bien résisté à la révolution du bon coin. 

Depuis l’été dernier, c’est Leclerc qui vient se lancer sur le marché de l’occasion

En Moselle, ça a commencé dans les magasins de Creutzwald et Betting (une quinzaine de Leclerc propose le service en France, c’est tout). 

Leclerc rachète vos objets et les revend dans le magasin ensuite… une petite révolution d’autant que Leclerc paye plutôt bien avec des bons d’achats que vous allez utiliser pour faire vos courses ensuite. 

Mais que vient faire l’enseigne dans le marché de l’occasion ? 

Dans tous les hypers français, les rayons consacrés au "non alimentaire" (et surtout les rayons high-tech) sont en souffrance, les consommateurs préfèrent acheter sur internet où il y a des prix et du choix. 

Pendant ce temps là, les mêmes consommateurs ont enfin compris que plutôt que de jeter… mieux vaut revendre, ça intéressera toujours quelqu’un. 

Les mêmes consommateurs voudraient bien des beaux téléphones et des belles télés, comme tout le monde, mais n’ont pas toujours les moyens de se les payer neufs. 

On mélange tout ça et ça donne Leclerc Occasions ! 

L’enseigne a trouvé le moyen de relancer ses rayons non alimentaire qui ne marchent plus… tout en faisant plaisir à ses clients et tout en faisant revenir les acheteurs du bon coin dans les magasins. 

C’est bougrement intelligent d’autant 80% des Français déclarent vouloir donner une seconde vie à leurs objets et qu’une étude vient de révéler que 900 millions d’articles traînent dans nos placards alors qu’ils pourraient très bien resservir. 

L’avenir, c’est l’occas !