Replay du mardi 30 mars 2021

Simone Stritmatter vous présente son nouveau roman "Vulcano"

Vulcano, une île au nom si évocateur. Le volcan, la passion. Mais est-ce la passion qui consume Angie et Dom Léon, ou bien ont-ils succombé à l'amour, le vrai, avec les tracas dus à la charge religieuse de ce dernier ?

"Vulcano" de Simone Stritmatter
"Vulcano" de Simone Stritmatter

Pharmacien de formation et de profession « parce que mes parents voulaient pour moi un vrai métier, un métier qui m’a d’ailleurs comblée », voyageuse impénitente dans son esprit « mais pourtant, à trois rues de chez moi je suis déjà trop loin », Simone Stritmatter a toujours su deux choses : elle serait un jour écrivain, répondant au vœu de l’une de ses professeures de français au collège, et elle se singulariserait par sa radicale liberté. 

« Je dois écrire, ce n’est pas pour flatter mon ego, mais par un véritable besoin » dit régulièrement celle qui, justement, écrit. Ses romans, ils sont rédigés par sa main, au feutre noir, avant d’être mis sur le clavier, avec un rythme lent. Nouveau paradoxe à l’heure où toute communication se fait d’abord par le clavier, fut-il d’ordinateur, de tablette ou de smartphone. Écrire tous les jours, écrire un petit mot, un grand texte, mais écrire, noircir des pages depuis l’adolescence, la cave encore pleine de ces manuscrits de jeunesse. Écrire, oui. Mais lire aussi. 

Son appartement est une bibliothèque où sont empilés essais et romans dans un bazar organisé, comme pour mieux ressentir l’effervescence des pages d’un Maupassant ou d’un Tolstoï, dont elle avait tout lu dès 10 ans. La littérature russe, voici peut-être l’origine du style Stritmatter : saccadé, chantant, mélancolique. Grande amatrice de musique (Richard Wagner ou les Rita Mitsuko figurent à son panthéon, là où jazz et opéra règnent en maîtres absolus), elle exige pourtant le plus grand des silences lorsqu’elle écrit.

"Vulcano" son nouveau roman

Une histoire d’amour entre un homme de religion et une femme, évidemment ça fait penser à Les Oiseaux se cachent pour mourir, le roman de Colleen McCullough, mais plus encore à la série portée à l’écran dans les années 80 par le comédien Richard Chamberlain. Comme pour mieux conjurer la comparaison, Simone Stritmatter fait du visionnage d’un épisode de la série un événement fondateur de la relation entre ses deux héros. Mais pour mieux décrire en creux Dom Léon, dont les seuls points communs avec le père De Bricassart sont un physique avenant et l’appartenance à un ordre religieux. 

Les oiseaux imaginés par Simone Stritmatter ne se cachent pas pour mourir. S’ils se cachent, c’est pour mieux s’aimer. Une histoire d’amour entre un homme de religion et une femme, évidemment ça laisse présager de nombreux rebondissements dans un récit. Mais c’est d’abord une histoire d’amour entre un homme et une femme. D’abord la rencontre de deux âmes sœurs. Goûter au fruit interdit ou casser les interdits pour vivre l’Amour le plus inconditionnel, voilà la question centrale de Vulcano.

Mots clés:
  • Livres