Replay du jeudi 28 janvier 2021

Photo d’art animalier et réflexion philosophe sur le café

- Mis à jour le

La nature et la faune sauvage des Hauts de France en gros plan au Festival de photo de la Pévèle à Bachy dans le nord. Et côté pensée, plongeons dans le café, la boisson du partage, à méditer avec la bulle de philo de Nassim El Kabli

70 espèces différentes!
70 espèces différentes!

Voir et penser le monde

C’est la 9ème édition du festival de photo de la Pévèle consacré à la nature et à la faune sauvage à Bachy du 30 janvier au 4 février.

Cent photos de 20 photographes pour découvrir la faune des Hauts de France et les beautés de la nature

Stéphane Desrumaux passionné de photo macro nous présente le rendez vous et nous parle de son travail

Le bourdon commun et son garde manger
Le bourdon commun et son garde manger - Stéphane Desrumaux

9è édition du festival de photo de la Pévèle à Bachy en extérieur dans une configuration adaptée aux conditions sanitaires. Du 30 janvier au 4 février 2021 autour de vingt photographes et d'une centaine de photos d'art animalier.

Informations pratiques : 

Entrée libre, préau du terrain de sport, 413 route nationale Bachy. Samedi 30 janvier de 14 à 17 h et de dimanche 31 janvier à jeudi 4 février de 9h à 17h

La bulle de philo de Nassim El Kabli, philosophe et professeur de philosophie

Un thème plus sérieux qu’on pourrait le croire. 

Le café, bien plus qu’une boisson que l’on consomme. C’est un véritable art de vivre !

Rares sont les produits qui sont consommés partout dans le monde ; parmi eux, le café.

Unique, un bien de consommation qui donne son nom à un lieu : Le Café

Si pour boire un chocolat ou une infusion, on va dans un salon de thé, pour boire un café, on va au Café 

Est-ce parce que le café que l’on boit se prête au partage ?

On boit son café au bureau, on le partage autour de la machine à café, ou à la terrasse d’un café. 

La sociabilité du café est surtout liée au temps du travail. Le café est à mi-chemin entre la détente et le travail, la convivialité et le sérieux. 

Partager un café avec ses collègues, c’est souvent traiter des questions de boulot, mais de manière informelle, sans la gravité que le travail impose. 

D’ailleurs, personne ne confondra aller boire un verre ou d’aller boire un café. Aller boire un verre, c’est se situer hors du temps du travail pour nous inscrire dans le temps du relâchement et du plaisir. Boire un café nous installe dans une autre ambiance.

La pause-café a quelque chose de paradoxal. C’est une pause au sens où nous mettons en suspens notre activité, mais cette mise en suspens n’est pas un arrêt. Ce que nous recherchons, c’est l’effet excitant du café pour relancer le mouvement.

C’est donc parce que le café est une affaire sérieuse qu’il y a des cafés-philo, et pas des brasseries-philo par exemple ?

Le café est une affaire à ce point sérieuse qu’il a même donné son nom à un traité diplomatique : le traité du café, signé sous le règne de Louis XIV en 1675.  Avec ce traité, les Français et les Espagnols se sont mis d’accord pour faciliter les échanges commerciaux entre la France et le Pays-Bas, alors sous domination espagnole. La légende veut que Louis XIV ait bu son premier café à cette occasion.  

Mais, il n’y a pas que les discussions politiques de diplomates.

L’existence de café littéraire, de café scientifique ou de café philosophique nous montre à quel point le café favorise la discussion. C’est pourquoi les cafés nous manquent tant aujourd’hui.

Comme l’indique l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, « les cafés sont des manufactures d’esprit ».

Véritable rituel de passage entre l’enfance et la vie adulte, notre premier café n’est-il pas un premier pas vers l’âge adulte ?

En tous cas, le café inspire. Aussi bien, les devins qui prétendent lire l’avenir dans le marc de café que de nombreux artistes tels que Bach, composant une joyeuse Cantate du café, ou encore Serge Gainsbourg qui en célèbre la si belle couleur.

Mots clés: