Replay du jeudi 29 octobre 2020

Quand le crime devient à mourrir...de rire

- Mis à jour le

"Et c’est comme ça qu’on a décidé de tuer mon oncle" n’est pas un livre de la rentrée littéraire, puisqu’il est paru en juin 2019, mais, il fait partie des romans sélectionnés pour la Quinzaine du Livre Jeunesse 2020 qui s’est tenue en octobre, découverte avec Maeve

Et c’est comme ça qu’on a décidé de tuer mon oncle
Et c’est comme ça qu’on a décidé de tuer mon oncle

En plus d’être un très bel objet et édité chez un éditeur que j’adore – "Monsieur Toussaint Louverture" – ce roman m’a tapé dans l’œil grâce à son titre curieux : "Et c’est comme ça qu’on a décidé de tuer mon oncle". Et son sous-titre tout aussi intrigant : "_L’histoire charmante de deux enfants ordinaires qui conspirent pour commettre un crime extraordinair_e". Je vous ai dit que ce roman était paru en juin 2019, mais en réalité, il est un peu plus vieux. La romancière canadienne Rohan O’Grady l’a écrit en 1963 (il a d’ailleurs été adapté au cinéma en 1966 sous son nom d’origine Let’s kill Uncle). 

Une histoire pas toute jeune, mais qui vaut d’être découverte.

Barnaby et Christie se retrouvent tous les deux sur une île de Colombie britannique pour des vacances. Le premier est envoyé chez un couple en attendant l’arrivée de son oncle, la seconde est envoyée par sa mère pour qu’elle se refasse une santé. Les deux enfants ne se connaissent pas, mais étant les deux seuls petits sur l’île, ils vont devoir apprendre à s’entendre. Barnaby a perdu ses parents et c’est son oncle qui veille sur lui. Plus précisément, qui veille sur sa fortune et a bien l’intention de se débarrasser de Barnaby. Comme aucun adulte ne le prend au sérieux quand il raconte que son oncle veut l’assassiner, avec l’aide de sa nouvelle acolyte, il va chercher à se débarrasser lui-même du problème et tuer son oncle. Sans se faire prendre évidemment.

C’est super drôle. Et la fin est vraiment géniale, la dernière phrase surtout ! C’est un peu dans l’esprit des "Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire" de Lemony Snicket (l’auteur s’appelle en réalité Daniel Handler, mais on ne va pas chipoter) et franchement, si vous avez besoin de rire un peu, foncez. C’est à partir de treize ans, mais je pense qu’à douze, on peut aussi apprécier. Et les adultes aussi évidemment

Pour d’autres idées de lecture, rendez-vous sur mon blog :  En tapant Quinzaine du livre jeunesse, vous retrouverez les chroniques d’autres romans sélectionnés.

Mots clés: