Replay du jeudi 14 janvier 2021

"Le jardin, Paris" ou quand la BD est en fleurs avec Maeve

- Mis à jour le

"Le jardin, Paris" est le deuxième album de Gaëlle Geniller qui a déjà publié Les fleurs de grand frère. Ce nouvel album met encore une fois les fleurs à l'honneur.

"Le jardin, Paris" est le deuxième album de Gaëlle Geniller
"Le jardin, Paris" est le deuxième album de Gaëlle Geniller

Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous un joli coup de cœur BD pour changer un peu. Il s’agit du très bel album "Le jardin, Paris" qui vient tout juste de sortir chez Delcourt dans la collection Mirages. Je dis album, mais c’est presque un roman graphique, car "Le jardin, Paris" compte plus de deux cents pages.

Ce n’est pas très radiophonique, il faudra donc me croire lorsque je dis que la couverture du Jardin, Paris est superbe. On y voit un jeune homme en collants de danse, torse nu avec un bandeau de fleurs dans les cheveux, attendant d'entrer en scène, derrière un rideau de velours rouge. Au premier plan, une belle lampe Tiffany et un collier de perles. Nous sommes dans les années trente.

De quoi parle Le jardin, Paris ? Le jardin, c'est un cabaret, dans lequel toutes les danseuses ont des noms de fleurs. Un petit garçon a grandi parmi ces fleurs, il s'appelle Rose, et à dix-neuf ans, il s'apprête à faire ses premiers pas sur la scène du cabaret. Rose, c'est un peu la mascotte, il a grandi parmi les robes, les plumes et les sequins. Et il a désormais envie de se produire lui aussi sur la petite scène du Jardin. Pas en copiant les femmes, même s'il aime aussi porter des robes, mais en étant lui-même.

"Le Jardin, Paris "est un petit concentré de bienveillance

Si vous vous laissez tenter par cette très jolie bande dessinée, vous tomberez aussi sous le charme de Rose, j’en suis certaine. En plus d'être un très bel album, "Le Jardin, Paris "est un petit concentré de bienveillance. Ça fait un bien fou de le lire et d'avoir fait la connaissance d'un si joli personnage.

Pour d’autres idées de lectures, rendez-vous sur le Blog de Mademoiselle Maeve

Mots clés: