Replay du mercredi 28 octobre 2020

L'humoriste brestois Jean-Jacques Vanier en "Colères" sur scène

- Mis à jour le

Il reprend le spectacle à succès de François Rollin, joué déjà à Penmarc'h il y a 10 ans.

Jean-Jacques Vanier dans "Colères"
Jean-Jacques Vanier dans "Colères"

Jean-Jacques Vanier se met dans la peau de Jacques Martineau, un personnage râleur obsessionnel, un peu réactionnaire. Il joue "Colères" le 7 novembre à la salle Cap Caval de Penmarc'h (29) et le 13 février 2021 au Mac Orlan à Brest.

Le spectacle revient en pays bigouden, 10 ans après avoir été donné par François Rollin, l'humoriste, écrivain, metteur en scène et comédien (dans les séries TV Palace et Kaamelot). Mais cette fois-ci, c'est le comédien brestois Jean-Jacques Vanier qui incarne seul en scène ce personnage disproportionné qui s'en prend aux jeunes, aux comiques, aux cueilleurs de champignons. Un rôle qui permet de tout dire et de rire des femmes, de l'État et même des enfants qui sont encore à table à 20h30 !

Je ne suis pas sûr de venir à Penmarc'h : La santé publique est plus importante que mon spectacle !

Certains considèrent "Colères" comme l'un des plus grands one-man-show contemporains, crée en 1996 par François Rollin. Les 2 artistes avaient décidé de s'échanger chacun leur spectacle. Rollin reprend donc "l'envol du pingouin" joué par le brestois depuis des années et celui-ci se met dans les souliers de François Rollin avec le spectacle "Colères" en y mettant sa touche plus apaisée.

Natif de Brest, fils de marin, Jean-Jacques Vanier a vécu 2 ans dans la cité du Ponant avant de partir pour Toulon, de revenir à Brest. Puis il y aura la montée à Paris à 19 ans : le Petit conservatoire de Mireille, La Classe, sur FR3, la scène, la radio avec Ruquier ou Stéphane Bern. Vanier a même passé un diplôme de kinésithérapeute, mais sans jamais exercer !

C'est aussi à Brest que Jean-Jacques Vanier a tourné son premier court métrage. La Bretagne est d'ailleurs une terre de tournage pour l'acteur : "Les châteaux de sables" avec Emma de Caunes et Nolwenn Korbell, "Illumination" de Pascale Breton, "Les femmes... ou les enfants d'abord.." ou "Western" de Manuel Poirier. Les Bretons, le meilleur public selon lui !

Mots clés: