Curieux !

Du lundi au vendredi à 9h40

Pourquoi avons-nous toujours raison ?
Pourquoi avons-nous toujours raison ? © Getty - picture alliance / Contributeur

Pourquoi avons-nous toujours raison ?

Diffusion du jeudi 7 novembre 2019 Durée : 2min

C'est vrai nous avons toujours raison et parfois ça nous met dans l'embarras.

Le mécanisme du cerveau protège ainsi notre amour-propre. Il nous aide à ne pas nous désavouer. De l'auto-persuasion qui nous entraîne parfois sur le mauvais chemin ! Et ça nous est tous arrivé un jour. Une erreur de jugement vis à vis de votre camarade qui était innocent alors que vous l'avez accablé ! Notre cerveau  est donc le principal coupable de cette attitude. Il inverse les rôles. Cette « dissonance cognitive » s'explique par le fait que nous ne supportons pas d'être de mauvaises personnes. C'est donc toujours de la faute des autres ! L'humanité tourne mal, tout ça pour ne pas perdre la face ! Deux psychologues américains Carol Tavris et Elliott Aronson ont en écrit un livre : "Pourquoi j'ai toujours raison et les autres ont tort" sortie en France aux éditions Flammarion.  Ils expliquent : « La plupart des gens ont une idée relativement avantageuse d'eux-mêmes. Ils se considèrent comme compétents, honnêtes et intelligents. Par conséquent, lorsqu'ils ressentent une dissonance, ils s’efforcent de la réduire en préservant cette idée. »   Malheureusement ça peut avoir des conséquences très douloureuses  Oui  Le newsmag prend comme exemple les massacres ethniques : « Beaucoup de ces bourreaux rwandais, qui à l'origine, n'avaient rien contre leurs victimes. Ils  se sont laissé entraîner par la pression collective; une fois criminels, ils ne demandaient qu'à être persuadés que les Tutsis méritaient leur sort, et la propagande génocidaire entrait en eux sans difficulté. »   Mais  on peut aussi l'observer au quotidien. Je vous l'ai dit ça arrive à tout le monde. Vous n'avez jamais tenté d'expliquer à un policier d'avoir pris votre téléphone au volant parce que vous étiez  à l'arrêt au feu rouge. Ou alors que vous aviez brûlé ce même feu rouge parce que  vous n'avez pas pu l'éviter car vous rouliez.   Je vous laisse méditer !