Replay du samedi 29 mai 2021

Dans le rétro : Gérard et Manu Lanvin

Artistes de père en fils, les Lanvin mettent en musique notre société. Ils confient leur regard sur notre monde à Déborah Grunwald, sur France Bleu.

Gérard et Manu Lanvin sont les invités de Déborah Grunwald
Gérard et Manu Lanvin sont les invités de Déborah Grunwald © Radio France

Le coup de promo

"Ici bas", l’album de Manu et Gérard Lanvin raconte une société abîmée en quête d’une nouvelle humanité. C’est beau, douloureux parfois. Les arrangements, la musique, les mélodies portent ces mots parfois difficiles sans les alourdir.  Ce sont les notes du père qui ont nourri les mélodies du fils  "Il ne s'agissait pas de le révéler comme un Frank Sinatra, je voulais qu'il interprète tous ses points de vue sur notre société" admet Manu qui s'est donné une mission : "je ne voulais pas trop plomber. Le constat social que fait Gérard est très dur, est-ce qu'on a envie de le réentendre comme ça en musique ? Je ne pense pas."  Un album à découvrir, porté par le 1er single "Appel à l'aide" dont les bénéfices sont reversés à l'association UNFF.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Dans cet épisode de l'émission "Dans le rétro" : 

Gérard : "J'ai décidé d'arrêter l'école car ça ne me servait plus personnellement. J'avais envie d'avoir une expérience de vie".

Gérard à propos des stars de télé-réalité : "Je trouve sidérant de voir des mecs vendre des bougies, des parfums, habiter Dubaï, gagner 500.000€ par mois, ca me dépasse."

Manu : "Les réseaux sociaux sont là pour nous diviser. Par exemple, quand on fait une chanson sur les trois derniers quinquennat, tout de suite on pense qu'on est politisés alors que non, c'est un constat, on s'est amusé".  

Gérard : "Avant, les politiques n'étaient pas médiatisés à ce point-là. Finalement, Nicolas Sarkozy a voulu être politique dès l'âge de 16 ans, moi je voulais être pompier, c'est pas la même. C'est des gens qui veulent de nous un comportement exemplaire et qui ne le sont pas finalement." 

Gérard, à propos de François Hollande : "Mais il se prend pour qui ? Et maintenant il ouvre encore sa bouche pour nous faire croire qu'il a encore des solutions. Qu'il reste chez lui, on n'en a rien à cirer". 

Gérard, à propos de son fils Manu : "Quand je vois le respect que Johnny Hallyday avait pour Manu... Il faut un niveau pour impressionner Johnny et il l'a ce niveau". 

Gérard et Manu ont écrit une chanson sur les femmes battues "Appel à l'aide". Gérard Lanvin à propos de Bertrand Cantat :  "Cet homme est un assassin. Il a exécuté ma copine, je la connaissais bien. Cet homme n'a pas eu le sang froid qu'un homme doit toujours garder" 

Manu : "Lorsqu'on a cette envie de lever la main sur une femme, il faut prendre ses affaires et se barrer. Ca c'est courageux, c'est ça être un homme pour moi". 

Gérard : "Des gens nous pensent milliardaires, ils sont dans l'erreur. On est dans des difficultés parfois compliquées. Quand on reste deux ans et demi sans faire un film, on n'est pas payé comme Brad Pitt... On ne se plaint de rien, mais il faut que les gens comprennent bien qu'on est dans des situations très fragiles, tout le temps".

Mots clés: