Des Hommes et des Chevaux

Des hommes et des chevaux - Episode 16 - Lady Godiva

Podcasts :
Jules Joseph Lefebvre - Lady Godiva

Pour faire baisser les impôts, elle accepte de se montrer nue sur son cheval.

Les Femen, ces ravissantes jeunes femmes qui utilisent leurs poitrines nues comme des pancartes pour afficher leurs revendications n’ont, en fait, pas inventé grand-chose : bien avant elles, au XIème siècle, l’épouse du gouverneur de Coventry, importante cité drapière du centre de l’Angleterre, avait traversé la ville à cheval, entièrement nue, pour protester contre une injustice.

Afin de satisfaire les exigences royales, le gouverneur de Coventry, avait été en effet contraint d’augmenter encore les impôts déjà très lourds qui pesaient sur les citoyens de cette ville. Sa belle et intrépide épouse n’avait alors cessé de le harceler pour qu’il allège, au contraire, la pression fiscale. Exaspéré par les lamentations de sa femme, il lui promit d’obtempérer si elle acceptait de traverser la ville à cheval « vêtue seulement de sa chevelure, afin de mieux symboliser le dénuement qu’elle voulait combattre », écrit Bernardine Cheviron dans un ouvrage récent. « À la stupéfaction de son époux, lady Godiva releva le défi. Une charte libérant Coventry de l’ensemble de ses impôts – hormis ceux qui frappaient le négoce de chevaux ! – fut aussitôt adoptée ».

L’histoire est-elle trop belle pour être vraie ? Certains doutent de son authenticité et affirment que cette impudique démonstration n’est que le fruit de l’imagination d’un chroniqueur anglais ayant vécu un siècle après les faits.

Ce qui est sûr, c’est que l’événement a durablement frappé les imaginations, en particulier celle des artistes que l’image de lady Godiva n’a cessé de hanter. Une des plus charmantes représentations de la cavalière nue est due à un certain Jules Lefebvre, dont le tableau immense (6,20 x 3,90 m), datant de 1890, longtemps caché aux yeux du public, est depuis peu enfin visible au Musée de Picardie, à Amiens.