Des Hommes et des Chevaux

Des hommes et des chevaux - Episode 18 - Laurence et les autres

Podcasts :
Des hommes et des chevaux - Episode 18 - Laurence et les autres

Ces filles ont l’apparence de jeunes femmes rangées. Ne vous y fiez pas.

Laurence Bougault - Photo : www.cheval-akhal-teke.com/

Avec les chevaux, les filles d’aujourd’hui ne se contentent plus de jouer à la poupée, de peigner leurs crinières pour y faire de jolies tresses. Elles montent, elles remportent des médailles, elles gagnent. Parfois même, elles réalisent des exploits.

Exploits, au pluriel, en effet, en ce qui concerne Laurence Bougault. Une première fois, entre septembre 2001 et avril 2002, plus de 3000 km à cheval à travers une Afrique du sud et de l’est pas toujours très accueillante. Une seconde fois en 2009, en doublant la distance : 6000 km. Partie du centre de l’Iran (Ispahan), montée sur une jolie jument de type akhal-téké, Almila, Laurence arrivera six mois plus tard à Fontainebleau. Détail qui ne gâche rien : Laurence Bougault n’est pas une banale baroudeuse. Elle enseigne la stylistique à l’Université de Rennes.

Clara Arnaud, elle aussi, pourrait passer à première vue, pour une sage intellectuelle. Encore étudiante, elle n’a que 21 ans lorsqu’elle se lance, en février 2008, dans une folle entreprise : traverser à pied et en solitaire les immensités**** du grand ouest chinois ; autrement dit le Sinkiang et les hauts plateaux tibétains. Solitaire ? Pas tout à fait : elle a pour compagnons des chevaux de bât, achetés sur place, qui l’aideront à trimbaler son barda.

La jeune Gwladys Lecarpentier, enfin. Après s’être initiée aux voyages au long cours en parcourant avec deux criollos l’Amérique centrale, du Mexique au Panama, elle a réalisé entre 2012 et 2013 son vieux rêve : partir du cœur du Maroc (Marrakech) avec deux juments du pays (des barbes et/ou arabe-barbes) pour les mener jusqu’à Poitiers, 3000 km plus au nord, reconstituant ainsi, mais de façon pacifique, l’itinéraire des conquérants musulmans du VIIIème siècle.

Au XXIème siècle, les vrais aventuriers sont des aventurières.