Replay du samedi 23 décembre 2017

L'Alsace en fête

Il semblerait que c’est là-bas qu’on est inventé Noël…

-

*

Chaque samedi une heure pour faire escale dans une région de France aux côtés de Géraldine Mayr et Loic Ballet.

.

Ils vous proposent des visites de lieux incontournables, des rencontres avec des personnalités, mais aussi des découvertes de spécialités locales et plein de bonnes adresses.

*

-

Il s’agit de la deuxième ville la plus visitée après Strasbourg.

Cernée de vignes et au pied des contreforts des Voges, cette cité alsacienne est connue notamment pour ses belles maisons à colombages et son cloché ! 

A Obernai, on trouve la Maison de la Choucroute tenue par la famille Muller depuis 5 générations et surtout l’emblématique Marché de Noël de la ville. Un marché qui, chaque année, accueille tout de même 200.000 visiteurs.

Ici, on est bien loin de l’affluence de celui de Strasbourg qui attend 2 millions de visiteurs.

Au marché d’Obernai, tout est made in France grâce à un vrai travail de l’office du tourisme qui veille à la provenance des produits. Ce qui est plutôt rare dans les marchés de Noël, aujourd’hui.

Sur la place du Marché qui est au cœur de la ville, il n’y a pas moins d’une dizaine d’artisans d’art. 

Du verrier au potier, ils sont nombreux. Et parmi eux, deux femmes toutes deux créateurs de Noël, dans un chalet qu’elles partagent depuis quelques années. 

D’un côté, il y a Muriel Schumacher et de l’autre Christiane Koch. La première produit des suspensions en bois pour les sapins de Noël et la deuxième réalise de petits cœurs en tissus rouge.

► Pour en parler : Muriel Schumacher et Christiane Koch

*

-

Il est incontournable sur la table. Il peut être sucré, avec des raisins secs imbibés de rhum ou de kirsch et des amandes, ou salé avec des lardons et des noix.

Et pour un bon kouglof, il faut un bon moule. Un vrai, surtout car certaines poteries alsaciennes pourraient venir d’ailleurs. C’est pour ça que les potiers alsaciens ont créé le label : « Potier Alsacien » ! Pour les distinguer, il faut donc chercher le label sur les poteries.

Un métier dont la cuisine alsacienne dépend réellement. Comment préparer le Kouglof sans son moule ? Mais aussi le foie gras sans sa terrine, le beakaeffe sans son plat ? 

► Pour en parler : Georges Werhling de la poterie des « Wehrling père et Fille »

► En savoir + : le site internet de la poterie

*

-

Quand vous entrez dans la boutique, vous avez envie de tout manger !

Et même si on a tendance, à parler des 13 desserts de Provence, on pourrait presque parler aussi des 13 desserts alsaciens. Avec le Manela, par exemple, ce petit bonhomme, mondialement connu en biscuit ou en pain d’épice ou le berawekae, un sorte grosse barre énergisante avant l’heures :  noix, noisettes, amandes, oranges, raisins, figues et autres fruits secs. 

Cette barre énergétique est vieille comme Érode et se servait autrefois l’année suivante car plus elle  vieillit, plus le goût change. 

Et puis, il y a les bredeles ou bredelas. Ces petits-fours aux formes variées sont traditionnellement servis à Noël et offerts aux amis. 

► Pour en parler : Christophe Adrian, propriétaire de la pâtisserie Urban à Obernai

► En savoir + : le site internet et la page Facebook de la pâtisserie 

Mots clés: