Toutes les émissions

Destination

Du lundi au vendredi à 7h25 et 8h40 - Le dimanche à 10h30

Nora, l'otarie et Charlotte, soigneur/dresseur/chorégraphe, un métier très complet
Nora, l'otarie et Charlotte, soigneur/dresseur/chorégraphe, un métier très complet © Radio France - Stéphane Garcia

Zoo de Plaisance (4/5) : rencontre avec les dresseurs d'otaries

Diffusion du jeudi 26 octobre 2017 Durée : 2min

Soigneur et dresseur des otaries Nelly, Nora, et Cléo, Charlotte connaît par cœur les stars du parc zoologique de Plaisance-du-Touch. C'est un peu leur maman. Découverte d'un métier pas comme les autres.

Soigneur pour otarie c’est un métier différent que les autres dans un zoo. Charlotte et François sont aussi dresseur et chorégraphe. Car l’idée c’est de préparer le fameux spectacle, tant apprécié par les visiteurs.

Pour obtenir des prouesses techniques et artistiques de la part de ces demoiselles, Charlotte joue sur une longue complicité sans négliger la fermeté. "Quand on va apprendre un exercice, on va associer un geste, un mot pour un résultat, par exemple la faire chanter. Mais c’est déjà quelque chose qu’elle faisait naturellement, on a simplement à lui faire faire sur commande". Les soigneurs utilisent aussi un target, un long bâton avec une balle au bout, qui va permettre de faire bouger l’otarie dans le bassin. "Sachant qu’il y a des exercices que les otaries peuvent apprendre en une semaine, et puis d’autres qu’elles vont apprendre en six mois".

Les 3 otaries de Californie du zoo de Plaisance du Touch sont arrivées en 2015 en provenance d'Allemagne - Radio France
Les 3 otaries de Californie du zoo de Plaisance du Touch sont arrivées en 2015 en provenance d'Allemagne © Radio France - Stéphane Garcia

Les secrets du dressage ? Le poisson ! Telle est la botte secrète de l’animateur, "avec la patience et l'entraînement", ajoute Charlotte qui se définit comme leur copine. Car ce sont des animaux sauvages qui ont déjà un groupe. "Avec elles, rien n'est jamais acquis. Il faut faire preuve de vigilance car c'est un animal qui remet tout en cause. Il peut mordre aussi. Certains jours, il ne faut pas insister sans relâcher pour autant car elles en profitent ensuite pour faire moins bien, voire nous mordiller pour voir jusqu’où elles peuvent aller".

Nelly, Cléo et Nora sont arrivées en mars 2015. Toutes les trois n'avaient jamais eu de contact direct avec un soigneur, alors il a fallu pendant les six premiers mois les éduquer, les habituer à leur environnement et aux soigneurs. "Au début, on levait le pied et elles avaient peur ! En octobre 2015 on a commencé le dressage à proprement dit, avec l'apprentissage de tours pour le spectacle qu'on a lancé en avril", explique Charlotte.