En quête d'emploi - C.Hautefeuille

Le lundi à 7h40

l'enquête de Pôle emploi a permis de dégager cinq trajectoires bien différentes
l'enquête de Pôle emploi a permis de dégager cinq trajectoires bien différentes - source : Pôle emploi Occitanie

Trajectoires des demandeurs d'emploi : quels profils s'en sortent le mieux ?

Diffusion du lundi 16 décembre 2019 Durée : 2min

Pendant cinq ans, Pôle emploi Occitanie a étudié les trajectoires de près de 60.000 demandeurs d'emploi et vient de publier les résultats de son enquête. Bilan : on n'est pas tous égaux face au chômage !

L'enquête de Pôle emploi Occitanie a permis de dégager plusieurs catégories. Plusieurs trajectoires très différentes. De la sortie rapide et durable du chômage à l’accès très difficile à l’emploi. Dans le détail, on découvre que si vous êtes un homme de moins de 30 ans, avec minimum bac + 5 et que vous résidez dans les bassins d’emploi de Montpellier ou de Toulouse...vous vous en sortez clairement mieux ! C’est LE profil type dans la catégorie «  sortie du chômage durable et rapide ». C’est à dire une sortie, en majorité, dès la 1ère année. Les femmes, elles, sont davantage représentées dans la catégorie « sorties plus tardives mais durables ». En moyenne, elles ont entre 30 et 39 ans; ont au minimum le Bac, voire  Bac +3 et se sont inscrites à Pôle emploi après une fin de CDD, un licenciement ou une rupture conventionnelle.

Ces deux catégories, citées plus haut, représentent à elles seules 76% des demandeurs d’emploi observés à la loupe pendant cinq ans. 

Que sait-on sur les autres catégories, moins favorisées ?

Pôle emploi a identifié des profils qui naviguent entre l’emploi et le chômage et qui ont un recours très élevé à l’activité réduite.  Ce sont des gens qui sont inscrits à Pôle emploi mais qui ont des petits boulot en parallèle. Dans cette catégorie, on identifie, là encore, beaucoup de femmes. Plutôt entre 40 et 49 ans et qui cherchent du travail dans l’agriculture, les services à la personne, ou les transports. Ces demandeurs d’emploi on les retrouve plutôt dans les bassins d’emploi de Narbonne, Vauvert ou Ganges-Le Vigan. 

Et quel est le profil de ceux qui s’en sortent très difficilement ?

Les 50 ans et plus, avec un niveau Bac ou inférieur ; qui ont une faible mobilité et qui résident davantage dans l’Hérault ou les Pyrénées orientales.

Eux ont un accès très difficile à l’emploi. Ils représentent 11% de l’échantillon observé pendant 5 ans. Dans cette catégorie, les trajectoires sont marquées par une longue période sans activité : en moyenne 43 mois sur les 60 étudiés.