Replay du jeudi 26 novembre 2020

Logement pour les plus précaires, philo avec Nassim et du théatre au Pharos à Arras.

- Mis à jour le

Aréli acteur du logement accompagné aide les personnes précaires à se loger. Philo avec Nassim El Kabli et théâtre avec La Belle Histoire au Pharos à Arras.

Juliette Delannoye reçoit les acteurs de la région Nord Pas-de-Calais
Juliette Delannoye reçoit les acteurs de la région Nord Pas-de-Calais © Getty - Tara Moore

Des logements pour se poser et rebondir avec le bailleur social Aréli.

Pas facile de se loger quand on est en situation de précarisation. Mais il existe des solutions avec le « logement accompagné ». Ce sont des logements « prêts à habiter », accessibles facilement, économiques, dans des résidences avec services, appuyés sur un accompagnement souple. Nous les découvrons avec Aréli, bailleur social en région Hauts-de-France. En métropole lilloise, dans le Dunkerquois et l’Arrageois

Nous en parlions avec notre invité : Bertrand Declemy, Directeur Général d’Aréli 

Découvrez ces logements ici.

Aréli
Aréli - Aréli

Bulle de philo !

« Faire attention » à l’autre, à soi, à ses affaires..

Dans un récit intitulé La lettre volée, Edgar Poe met en scène des policiers à la recherche d’une lettre compromettante. Ces deniers fouillent de fond en comble l’appartement du voleur sans parvenir à mettre la main sur cette lettre. On pourrait penser que le voleur, rusé, a dissimulé la lettre dans un endroit secret, bien à l’abri des regards. Il n’en est rien. Non seulement la lettre est dans l’appartement mais elle se trouve sous les yeux des enquêteurs. Leur attention minutieuse les conduit, paradoxalement, à ne pas faire attention. 

Mais comment cette lettre peut-elle être sous les yeux des policiers sans qu’ils la voient ?

C’est là toute la finesse du voleur. Au lieu de cacher la lettre, il l’a pliée en deux, un peu déchirée, et l’a posée au milieu de papiers apparemment insignifiants. On ne fait pas attention à ce tas de papiers.

C’est précisément parce que la chose est trop évidente qu’on n’y fait pas attention.

C’est là, devant nous, mais on le voit sans le voir.

L’attention suppose deux choses : perception et vigilance. Il ne suffit pas de percevoir pour être attentif. Il faut aussi que notre perception soit aiguisée par notre vigilance. L’attention mobilise à la fois notre intelligence sensible et notre intelligence rationnelle. C’est ce qu’on appelle « faire attention ». Le plus souvent, l’attention est stimulée par l’inattendu, que ce soit un danger ou une bonne surprise. L’habitude, elle, met l’attention en veille. On exécute machinalement des gestes, on voit sans regarder, on entend sans écouter. 

On ne peut pas faire attention tout le temps ! La fatigue, l’absence d’intérêt et même la confiance qui fait que, puisque ça tourne, on y va sans réfléchir…

C’est vrai, nous ne pouvons pas, à chaque instant, être attentif à tout. Parfois on rêvasse, parfois on fait les choses trop vite, ou bien on passe à côté d’un problème par une faute d’inattention, comme on dit. 

Mais j’ajouterai une idée importante : il y a une manière de ne pas faire attention qui est en réalité une très grande marque d’attention. Je m’explique.

Lorsque nous sommes dans le métro ou dans le bus, nous évitons de dévisager les autres voyageurs, nous nous interdisons de tendre ostensiblement l’oreille pour écouter ce qu’ils disent. C’est par attention envers l’autre que nous nous interdisons d’être attentifs à ce qu’il dit. Être attentif à l’autre, c’est alors ne pas le voir, ou plutôt ne pas le regarder ; c’est ne pas l’entendre, ou plutôt ne pas l’écouter. C’est ne pas lui prêter attention.

Nassim El Kabli
Nassim El Kabli © Radio France - Juliette Delannoye

Comédie chez vous, en direct sur vos tablettes et vos écrans !

« Epinard, porte-jarretelles et jacuzzi » une comédie de la Compagnie « La Belle Histoire » en direct du Pharos à Arras, ce vendredi 27 novembre. 

Toutes les infos ici.

Mots clés: