Émissions Toutes les émissions

Du lundi au vendredi à 8h15.

La flexisécurité. La flexisécurité. Frédéric Lerais, directeur de l'IRES

Patronat et syndicats ont entamé jeudi l'ultime round des négociations sur une réforme du marché du travail

CGT, Force ouvrière et Solidaires ont lancé mardi un appel à une nouvelle journée de manifestations et d'actions contre le projet de loi sur la sécurisation de l'emploi, qui transpose l'accord du 11 janvier entre le patronat et trois syndicats dont la CFDT.

Ce que prévoit ce texte pour les entreprises Les entreprises auront désormais deux façons de faire valider un plan social. Si les syndicats majoritaires le rejettent, l'administration du Travail pourra l'homologuer dans un délai de deux à trois semaines. Si les salariés contestent, le tribunal administratif pourra statuer mais plus sur le caractère économique du plan. En cas de grosses difficultés, l'employeur pourra proposer un marché à ses salariés. Il pourra s’engager à ne pas supprimer d’emplois à conditions que les employés acceptent de réduire leurs salaires, dans la limite de 120% du Smic, et/ou aménager leurs temps de travail. Les entreprises de plus de 300 personnes pourront également obliger les salariés à changer de site même à plus d'une heure de chez eux Sauf si leur santé ou leur situation familiale ne le permet pas.Ce que prévoit ce texte pour les employés Toutes les entreprises devront proposer d'ici trois ans une complémentaire santé, en en payant la moitié Les CDD de moins de trois mois seront taxés Un salarié pourra refuser un temps partiel si ce dernier fait moins de 24h par semaine Le texte reconnaît aussi le principe de « droits rechargeables » permettant à un chômeur qui reprend un emploi de ne pas perdre tous ses droits à l'assurance chômage, même si ses modalités restent en suspens

Partager sur :

Nous suivre sur  Facebook