Émissions Les séries France Bleu

Françaises, Français

14h45

2min

Françaises, Français, Portraits - Frédéric Dard

Podcasts : iTunes RSS
Frédéric Dard
Frédéric Dard © Getty

288 romans officiels, 20 pièces de théâtre, 16 adaptations au cinoche, et une quarantaine de pseudos, à mon actif, Frédéric Charles Antoine, né le 29 juin 1921 à Bourgoin-Jallieu en Isère.

Cela commence pourtant mal, je nais avec un bras atrophié et inerte, vous imaginez bien que l'écriture n'est pas forcément la voie qui me vient spontanément en tête.

Heureusement papa tient une entreprise de chauffage central, je dois faire le commercial pour lui, mais la crise de 1929, quasiment la même que 2008, nous laisse sur la paille. Obligés de déménager à Lyon, j'entre comme stagiaire aux éditions Lugdunum.

Je passe rapidement secrétaire de rédaction, puis enfin journaliste. Je ne vais dès lors, plus m’arrêter d’écrire.

Pour bouffer, je commence par des bouquins pour les gamins. Mais moi mon rêve, c'est de faire rêver les gens justement. Je rencontre Audiard et Simenon, qui me filent un coup de pouce, merci vieux, ça va changer la donne radicalement. J'invente un personnage dont le nom m'est venu en posant mon doigt sur une mappemonde, au milieu du Texas … avec son comparse Bérurier, Antoine San-Antonio, va vivre des aventures folles en 175 volumes.

Il est flic, agent secret et il aime les femmes. J'invente une langue pour lui, je suis même à étudier pour cela. 10 000 mots sortent de mon imagination, néologismes, calembours et contrepèteries sont légion dans mon œuvre. Je bats tous les records de vente pour « La France vue par San-Antonio ».

Puis ma fille se fait kidnapper dans notre chalet de Gstaad, dans sa chambre. Deux millions de francs suisses me sont réclamés par cet enfoiré de cadreur qui a commis le forfait. Il se fait gauler, je suis remboursé, mais totalement bouleversé par cette histoire, ma fille tout autant bien évidemment.

Je me retire dans ma ferme à Bonnefontaine en Suisse, où je « casse ma pipe » à 78 ans, le 6 juin 2000.

C'est mon fils Patrice, qui continue l'écriture des San-Antonio.

Moi Frédéric Dard.