Les séries France Bleu

Françaises, Français

14h45

Hubertine Auclert
Hubertine Auclert © Getty

Françaises, Françai, Portraits - Hubertine Auclert

Diffusion du mercredi 30 novembre 2016 Durée : 2min

Prénom , Hubertine, ville de naissance guère mieux, St Priest-en-Murat dans l'Allier, date de naissance, en pleine révolution, 10 avril 1848 ! Ça commence fort et ça va continuer !

Mes parents sont républicains, je vois ma mère s'occuper des femmes violentées toute sa vie, ça me révolte. A 20 balais j'hérite du père décédé, alors autonome je décide de monter à Paris foutre le bordel et je vais y arriver, je vous assure.

Les Femen d'aujourd'hui, n'ont absolument rien inventé, c'est moi qui instaure le combat féministe radical et offensif. A cette époque il y a quelques suffragistes, mais mon Dieu qu'elles sont molles du bulbe, ça n'avancera jamais avec leurs méthodes, il faut leur rentrer dans le lard à ces mecs ! Moi je suis suffragette, violence, actions spectaculaires sont au menu. Nos droits doivent être politiques, pas civiques, il faut noyauter les partis.

J'écris, je pétitionne, je discours, je manifeste pour me faire entendre. Mais pas que. Je refuse de payer l’impôt, je ne vote pas, je ne vois pas pourquoi je paierais un impôt ! Je débarque dans les mariages, criant à l'injustice que cette pauvre épouse vient de signer. Je fais acte de candidature sauvage lors d’élections, renverse des urnes, brûle le Code Civil, on me voit partout, l'opinion publique est enfin alertée sur notre condition.

Vous vous dites sûrement que je dois être insupportable donc célibataire, et bien pas du tout, et je peux vous dire qu'il se tient à carreau l'Antonin.

Je n'ai malheureusement pas obtenu tout ce que je voulais pour les femmes, quelques avancées timides dans cet état patriarcal complètement misogyne. N’empêche que j'ouvre la voie à des centaines de féministes qui vont me succéder. Je suis même à l'origine du mot ''féministe'' ; avant il n'était utilisé que pour la féminisation de la langue, pour laquelle je milite aussi bien évidemment.

Quand je meurs, le 4 août 1914 à Paris, à 66 ans, les femmes n'ont toujours pas le droit de voter, rendez-vous compte, elles vont encore attendre 30 ans, mais j'ai l'outrecuidance de m'en attribuer une grosse part du mérite.

Moi, Hubertine Auclert.

Auteur, mise en forme et illustrations sonores : Régis Taillandier
Narration : Alexandra MorI
Postproduction : France Bleu Hérault
Assistante : Betty Rignol-Angius
Direction : Robert Kudelka