Émissions Les séries France Bleu

Le samedi et dimanche à 6h15

Françaises, Français, Portraits - Clément Ader

Avion III Clément Ader

Clément, né à Muret, à côté de Toulouse, le 2 avril 1841. Nous sommes menuisiers de pères en fils dans la famille, sauf moi, évidemment ! Je fais mes études dans la ville rose. Je suis très doué en maths et en dessin. Je fais partie de la 1ère promotion d'une Ecole d'ingénieurs fraîchement ouverte.

    Podcasts :

  • RSS

Françaises, Français, Portraits - Clément Ader

Sorti diplômé, je m’éclate totalement à inventer plein de trucs. J’améliore et allège le vélo dans un 1er temps, mais la guerre franco-prussienne stoppe mes élans.

Je ne m'avoue vaincu, quand ça se calme, j'invente une machine à poser les rails, qui va servir des dizaines d’années. Puis je passe au téléphone, ça me passionne ce machin ! J'invente la transmission stéréo...le flouze coule alors à flots ! Ca tombe bien, car je mets aussi au point les câbles sous marins. J'adore aussi la mécanique, je conçois les moteurs en V, les chenilles de chars ! Je ne m'ennuie pas comme vous pouvez le voir. Mais je fais tout, tout seul, je ne supporte pas de travailler en équipe, et encore moins de tenir compte du travail des autres. C'est ce qui va un peu freiner mes avancées.

Mais ce qui me fascine le plus, ce sont les oiseaux ; et leur vol ! Je suis ni plus ni moins que l'inventeur du mot ''avion'' que j'ai dérivé du mot ''avis'', l'oiseau, en latin. Je suis considéré comme le 1er être humain à avoir volé dans un engin à moteur ! En 1890. Bon c'est pas hyper prouvé, mais faites-moi confiance ! Aujourd'hui encore, les experts se battent pour le vérifier. Mon prototype, l' Éole, ressemble à une chauve-souris, forcément il vole, arrêtez de chercher et de vous fatiguer va ! On gagnera du temps !

Bon, faute de concessions, et d'ouverture, tout le monde me lâche. Je me retire donc, dans mes vignes, où je cuve, ma reconnaissance tardive, même après toutes ces découvertes, que je lègue à l’Humanité !

C'est à 84 ans, le 3 mai 1925, qu'à Toulouse, je m'envole définitivement.

Partager sur :