Émissions Les séries France Bleu

Françaises, Français, Portraits

Le samedi et dimanche à 6h15

2min

Françaises, Français, Portraits - Louis Aragon

Podcasts : RSS
Louis Aragon
Louis Aragon © Getty

''Jeune bourgeois, ouvrier laborieux et toi, haut fonctionnaire de cette République, je vous permets de poser un regard sur le Con d'Irène, ô délicat Con d'Irène !'' Bien, les bases sont posées.

Papa trompe maman tout ce qu'il peut, à tel point qu'elle n'est pas ma mère, puisque c'est avec Marguerite, 30 ans de moins, qu'il me donne vie le 3 octobre 1897 et me donne Louis comme prénom. Il ne me reconnaît pas, mon nom de famille n'est donc pas le sien, il en invente un, en souvenir de cette province hispanique où il a été ambassadeur. Je suis donc le premier de ma lignée.

Au lycée je côtoie, Prévert, Montherlant, puis Breton, et Éluard. Mon dada, c'est l'écriture, pendant la Première Guerre Mondiale, brancardier, j'écris mon 1er roman, ''Anicet ou le panorama''. De retour je crée avec mes potes, le surréalisme, et je rencontre mon amour, Elsa Triolet. Avec elle, nous allons marquer la littérature française à jamais. Ferré, Ferrat, ou Brassens chantent mes poèmes, souvent dédiés à Elsa.

Profondément communiste, je m'engage dans la Résistance durant la Seconde Guerre, et j'écris dans l'Humanité et d'autres canards gauchos. C'est par le travail, que l'homme se transforme ! Je suis anéanti quand mon ami Drieu La Rochelle, qui a hésité longtemps entre le communisme et le nazisme, choisit le 2ème ! Comment peut-on hésiter ?, il faut m'expliquer ça ! Bref, élu au Comité Central du Parti Communiste en 1950, je suis lucide et critique les crimes du Stalinisme.

A la mort d'Elsa, comme aucune femme ne peut plus trouver grâce à mes yeux, je me tourne vers les hommes. Il n'y a pas d'amour heureux, c'est le constat que je fais finalement.

C'est le soir de Noël 1982, qu'à Paris à l'âge de 85 ans, je vous laisse en héritage, ''Le monde réel'', ''L’honneur des poètes'', ou ''Le fou d'Elsa'' et je pars rejoindre l'amour de ma vie.

Moi, Louis Aragon.