Émissions Les séries France Bleu

Françaises, Français

14h45

2min

Françaises, Français - Camille Desmoulins

Podcasts : iTunes RSS
Camille Desmoulins
Camille Desmoulins © Getty

C’est dans l’ancienne Picardie, à Guise plus précisément que je vois le jour, moi Lucie Simplice Camille Benoît, le 2 mars 1760. Papa est lieutenant, et il n’a pas chômé… j’ai 7 frères et sœurs.

Au bahut, mes camarades de jeu ne sont ni plus ni moins que Danton et Robespierre, forcément je vais mal tourner aussi. Comme eux je fais également des études d’avocat, mais vu que je bégaie, les clients ne se bousculent pas au portillon !

Je suis tout de même un des orateurs brillants de cette révolution qui s’annonce, presqu’autant que Mirabeau. C’est moi que l’on surnomme, « l’homme du 14 juillet » et pas les autres. C’est à-dire que moi, je participe à la prise de la Bastille.

Je sais parler, mais je sais aussi écrire, et croyez-moi, ma plume acérée fait des dégâts, surtout dans l’aristocratie. Robespierre est témoin de mon mariage avec Lucille, il est parrain de notre gamin. Cela ne m’empêche pas de m’opposer violemment à lui par la suite. Je suis un montagnard modéré, j’en ai assez de cette terreur instaurée par les Girondins, gardons nos têtes, que diable, elles sont plus utiles sur nos corps, que dans la corbeille du bourreau.

Je choisis évidemment Danton dans sa lutte contre Robespierre, ce dernier avec son bras armé, Saint-Just, finit par nous accuser dans un simulacre de procès durant lequel, je leur hurle : « j’ai l’âge du sans-culotte Jésus, 33 ans, âge fatal aux révolutionnaires ! » Et, Place de la Révolution, actuelle place de la Concorde à Paris, quand aux côtés de Danton, le bourreau s’apprête à nous détacher la tête, je lance à la foule : « Voilà comment devait finir le 1er apôtre de la liberté ! » Nous sommes le 16 germinal an II, c'est-à-dire le 5 avril 1794.

Moi, Camille Desmoulins.