France Bleu et vous : l'invité

Du lundi au vendredi de 14h à 16h

Limore Yagil a enseigné à l'université de Haifa et de Tel-Aviv en Israël, elle est actuellement professeure Habilitée à dirigée des recherches d'histoire contemporaine et chercheuse à la Sorbonne.
Limore Yagil a enseigné à l'université de Haifa et de Tel-Aviv en Israël, elle est actuellement professeure Habilitée à dirigée des recherches d'histoire contemporaine et chercheuse à la Sorbonne.

/ Limore Yagil « désobéir, des policiers et des gendarmes 1940 / 1944 »

Diffusion du jeudi 7 novembre 2019 Durée : 11min

Engagées en première ligne dans la politique de contrôle et d'exclusion du gouvernement de Vichy entre 1940 et 1944, la gendarmerie et la police françaises ont, plus que toute autre institution, dû affronter le dilemme : "servir face à l'ennemi ou servir l'ennemi".

Engagées en première ligne dans la politique de contrôle et d'exclusion  du gouvernement de Vichy entre 1940 et 1944, la gendarmerie et la police  françaises ont, plus que toute autre institution, dû affronter le  dilemme : "servir face à l'ennemi ou servir l'ennemi". Car désobéir à  ses supérieurs, pour un gendarme ou un policier, c'est aller à  l'encontre de l'essence même de sa formation. Mais si une partie d'entre  eux ont appliqué les ordres par discipline, par antisémitisme, par peur  ou par intérêt, nombreux sont ceux qui ont aidé à faire passer la ligne  de démarcation ou la frontière à des Juifs, à cacher des résistants, à  dissimuler des armes...
Même s'ils n'ont pas rejoint un réseau ou un  mouvement de résistance, leur action a permis de sauver de nombreuses  vies. Or cette histoire-là est totalement ignorée. Face à un discours  traditionnel qui met en avant l'activité des policiers ou des gendarmes  ayant appliqué avec zèle les lois et les ordonnances en vigueur pendant  l'Occupation, cette fresque sans concession ni faux-semblant, basée sur  de nombreux documents d'archives étudiés par l'auteure depuis une  dizaine d'années, met à mal nombre d'idées reçues et montre que, même au  coeur du système vichyssois, il était possible de contrevenir aux  ordres.