France Bleu et vous : l'invité

Du lundi au vendredi de 14h à 16h

au delà de l'aspect historique du marché de l'or, le scandale De Litra a été "annonciateur" puisque à lui seul, il nous montre que le monde bancaire du XXle siècle finira de la même façon.
au delà de l'aspect historique du marché de l'or, le scandale De Litra a été "annonciateur" puisque à lui seul, il nous montre que le monde bancaire du XXle siècle finira de la même façon.

Pierre Jovanovic « le scandale de litra » partie 01

Diffusion du jeudi 28 novembre 2019 Durée : 9min

La société De Litra nous a laissé un document historique exceptionnel,  aussi exceptionnel que la chute de la compagnie financière De Litra  elle-même, éternellement associée à l'une des plus grandes escroqueries  du XXe siècle qui avait secoué Paris : environ 100 millions d'euros  "envolés" ou plutôt "volés" à des centaines de clients innocents. Si le  livre De Litra reste encore aujourd'hui un repère historique  incontournable sur le marché de l'or en France (en particulier sous  l'occupation allemande) et sur le futur des banques insolvables, le  dossier établi sur le scandale lui-même par le journaliste Pierre  Jovanovic montre que si vos économies ou vos lingots se trouvent dans un  coffre de banque ou dans un gardiennage privé, eh bien ils ont beaucoup  de chances d'être emportés par ceux qui sont censés les... garder ! On  l'a vu en juillet 2018 avec la Société Générale. Mais au delà de  l'aspect historique du marché de l'or, le scandale De Litra a été  "annonciateur" puisque à lui seul, il nous montre que le monde bancaire  du XXle siècle finira de la même façon : par une escroquerie globale et  la ruine des Français. Pour preuve : aujourd'hui, si vous voulez retirer  en liquide toutes vos économies de votre banque, celle-ci vous  l'interdira (soi-disant à cause du terrorisme, ou bien pots blanchiment  d'argent, etc., etc.), prouvant de facto qu'elle est en réalité en  faillite cachée. Ce qui, par extension, conduit à un nouveau constat :  chaque Français travaille désormais pour deux employeurs en même temps :  le premier chez qui il se rend cinq jours par semaine, et le second, sa  banque, qui lui interdit de retirer tout son argent que le premier lui  verse !