Émissions L'Actu Midi Ensemble

Du lundi au vendredi de 12h à 12h30

Faut-il renforcer la sécurité dans les écoles ?

Faut-il renforcer la sécurité dans les écoles ? (0810 055 056)

Votre opinion en direct dans France Bleu Midi Ensemble au 0810 055 056 dès 12h et sur les réseaux sociaux #FBME

Faut-il renforcer la sécurité dans les écoles ?

Formation des élèves de troisième aux "gestes qui sauvent", sécurisation des "espaces vulnérables", exercices "attentat-intrusion"... de nouvelles instructions ont été données par Najat Vallaud-Belkacem et Bernard Cazeneuve pour améliorer la sécurité des écoles à la rentrée.

"Les récents attentats et le contexte de menace terroriste imposent une vigilance renforcée", selon une instruction signée le 29 juillet, soit deux semaines après l'attentat jihadiste de Nice, et qui souligne la "priorité absolue" donnée à la sécurité des établissements scolaires.

Ces mesures figurent dans un texte à destination notamment des préfets et recteurs, signé par les ministres de l’Éducation et de l'Intérieur, et qui vient d'être rendu public. Elles complètent des circulaires datant de fin 2015, et seront détaillées par les deux ministres lors d'une conférence de presse le 24 août.

Il est notamment demandé aux directeurs d'école de tenir "des réunions de rentrée avec les parents d'élèves pour leur exposer les mesures de sécurité prises", et, dans les collèges et lycées, d'informer élèves et parents "dès la rentrée" sur le sujet.

Le texte demande à mettre l'accent sur la sécurisation des "espaces particulièrement vulnérables des établissements scolaires" (accès isolés, façades exposées notamment) avec l'identification de "travaux prioritaires".

Trois exercices seront organisés durant l'année scolaire

"Une attention particulière sera portée aux abords" des écoles pour "renforcer la surveillance sur la voie publique" et "éviter tout attroupement préjudiciable à la sécurité des élèves", ajoute le texte.

Dans le cadre de la prévention, "trois exercices seront organisés durant l'année scolaire", dont "un avant la Toussaint", et "l'un de ces exercices portera sur un attentat-intrusion". L'alerte donnée dans ce type de situation "soit être distincte de l'alerte incendie" et "doit être audible", ajoute le texte.

Toujours dans la même logique de préparation, les académies devront tester l'envoi d'une alerte par SMS aux écoles le jour de la prérentrée.

Votre opinion en direct dans France Bleu Midi Ensemble au 0810 055 056 dès 12h et sur les réseaux sociaux #FBME

Invité : Michel Richard, principal du collège Jean-Philippe Rameau à Versailles, secrétaire général adjoint du syndicat de proviseurs et principaux.

Partager sur :