Replay du samedi 30 mai 2020

La vie de Stanislas épisode 3 : quand le roi de Suède "tête de fer" change la vie du jeune Stanislas

- Mis à jour le

Jérôme Prod'homme nous raconte la vie de Stanislas. Au delà du bonhomme qui assiste à tous les grands moments des vies des nancéiens, Stanislas est un homme qui a vécu une vie très mouvementée et pleine de rebondissements... En 1700, il a 23 ans quand un homme surgit sur la scène de l'histoire...

Le roi Charles XII de Suède, surnommé "Tête de fer"
Le roi Charles XII de Suède, surnommé "Tête de fer"

Stanislas a donc 20 ans quand il se fait remarquer lors d’une éléction d’un roi de Pologne. La Pologne est le seul pays dont le roi est élu dans un étonnant tohu-bohu de 60 000 nobles rassemblés dans l’immense plaine de Wola. Cette année là, en 1697, c’est Auguste II, « électeur de Saxe » qui est élu roi de Pologne. Stanislas, qui fait partie de la noblesse, mais pas des plus grandes familles, pourrait regagner les limbes de l’Histoire et on aurait pu, voire on aurait du ne jamais plus en entendre parler. 

le Roi de Saxe Auguste II
le Roi de Saxe Auguste II - Henryk Rodakowski — Lviv National Art Gallery, Domaine public, https://commo

l'irruption de "l'homme le plus extraordinaire qui ait jamais été sur terre" surgit sur la scène de l'Histoire 

Mais c’est sans compter sur un autre homme. « L’homme le plus extraordinaire peut être qui ait jamais été sur terre » d’après Voltaire, à savoir le roi de Suède Charles XII, que les turcs surnommeront « tête de fer » et qui, cette même année 1697 qui a vu briller Stanislas, se voit couronner. Né en 1682, il a à peine 15 ans. Trois ans plus tard, il prend la tête de ses armées quand ses voisins se disent qu’ils pourraient profiter de la jeunesse du gamin pour lui croquer ses états. Les russes de Pierre le Grand d’un côté, les Danois au sud, et les polonais via le roi Auguste II dont Stanislas a connu l’éléction. Ce qui pourrait être un grand moment de solitude pour n’importe quel autre jeune monarque, devant tant d’enemis décidés à lui faire la peau, va au contraire révéler l’un des plus grands, et aussi des plus fous, chefs militaires du XVIIIe siècle. Non seulement la guerre ne fait pas peur à Charles XII, mais il l’aime. Il l’aime pour elle-même, la stratégie, le bruit de la poudre, le stress… Il se fiche de conquérir des territoires. Ce qu’il aime c’est le combat. Et cela ses ennemis vont le découvrir à leur frais. Ils auraient du se méfier remarquez. Il est passionné par les armes et s’entraîne des heures par jour. Il ne mange que très peu. Il dort enroulé dans une couverture dans la neige en Suède. Il n’a pas peur des coups de canons loin de là. Ah il se fiche des femmes. Il se peut même qu’il ne les aime pas, lui qui appelle la reine « un général » quand il joue aux échecs. Et le garçon va littéralement balayer l’Europe de l’Est. 

Alors que ses ennemis pensaient n'en faire qu'une bouchée, un gamin de 18 ans conquiert l'Europe de l'Est

Le Roi de Suède Charles XII
Le Roi de Suède Charles XII - Par Atelier de Hyacinthe Rigaud — NM 883, Domaine public, https://commons.wikime

En 1700, il a seulement 18 ans, il met d’abord une pâtée aux danois et les force à signer la paix. Il réussi à planter devant Riga les polonais qui veulent lui prendre la ville, le temps pour lui de tenter l’impossible : battre le tsar Pierre le Grand. La Bataille de Narva voit pourtant se réaliser l’incroyable, avec 1 suédois contre 4 russes, Charles XII bat Pierre le Grand. Quand les russes perdent 15 000 soldats, Charles XII n’en perd que 667. Pierre le Grand est obligé de signer la paix à son tour, épaté d’avoir été battu par un gosse. Libre côté danois et côté russe, Charles XII compte bien régler son compte au roi de Pologne Auguste II. C’est ce qui va changer la vie de Stanislas… 

Mots clés: