Replay du dimanche 14 juin 2020

La vie de Stanislas épisode 8 : Stanislas découvre la Turquie

- Mis à jour le

Chaque week end Jérôme nous raconte l'histoire de la Lorraine. Depuis quelques jours, il nous raconte la vie étonnante de Stanislas

scène de la vie quotidienne en Turquie
scène de la vie quotidienne en Turquie © Getty - United Archives

1713. Alors que Charles XII, l’homme qui l’a mis sur le trône de Pologne, est réfugié en Turquie A ans après avoir été vaincu par les russes qu’il essayait d’assujetir, Stanislas a vu l’armée Russe pénétrer en Pologne, et son concurrent au trône de Pologne auguste II revenir frais comme un gardon récupérer le trône. En 4 ans de règne, Stanislas n’aura été roi tranquille que 6 mois. Il a tout fait pour convaincre Charles XII de négocier la paix, et notamment de rendre la couronne polonaise à Auguste II en échange de récuperer le domaine des Lezckinzski. Charles XII ne voulant pas être convaincu par courrier, Stanislas a décidé d’aller le voir en personne. 

Stanislas se déguise pour traverser les frontières 

Et pour traverser les frontières il s’est déguisé en officier Français. Ca a plutôt bien fonctionné jusqu’à l’arrivée en Turquie. En Moldavie. Là le contrôle des passeports bidons se fait plus soupconneux. Le gouverneur de la ville se fait soupconneux. Mais Stanislas maintient qu’il s’appelle Monsieur de Haran, qu’il est officier Français au service de la Suède et qu’il veut rejoindre Charles XII son chef. On parle en latin. Ca se fait à l’époque. Le gouverneur demande à Stanislas son grade dans l’armée. « Major sum » je suis major si on traduit en Français. Mais en latin major sum veut aussi dire « je suis plus grand » Et le gouverneur de rétorquer sourire aux lèvres « immo maximus est » autrement dit « tu es même le plus grand ». Et pour bien faire comprendre à Stanislas qu’il a compris qu’il était roi de Pologne, le gouverneur se lève et avance un fauteuil au roi qui est bien obligé de reconnaître qui il est. Il rejoint Charles XII en résidence surveillée dans la ville de Bender. 

Stanislas découvre un pays "à la mode" au XVIIIe siècle : la Turquie

C’est là qu’il découvre la Turquie qui est très à la mode au XVIIIe siècle. Dans quelques années Mozart composera l’enlèvement au sérail. On aime autant ce qu’on appelle les Turqueries que les chinoiseries qui sont dans cette même idée d’un pays fantasmé. Stanislas découvre l’architecture, et un vice qui le mènera à sa perte plus de 50 ans après : le tabac. Ou plutôt la pipe. La chibouque. Une pipe très longue dont on tire des bouffées. C’est en voulant rallumer sa chibouque, à Lunéville, très agé, que Stanislas s’approchant trop près du feu verra sa robe de chambre s’enflammer avant de tomber dans la cheminée et de mourir une semaine plus tard des suites de ses brûlures. Mais nous n’en sommes pas là. Pour le moment, Charles XII ne veut absolument pas se laisser convaincre de faire la paix et même de rentrer défendre la Suède qui a bien du mal à contenir russes et saxons venus se venger des dernières années. Il veut convaincre les turques de se battre avec lui contre la Russie. Et contre toute attente, son ambassadeur polonais décroche l’impossible. La participation de la Sublime Porte à la guerre contre les russes. La Sublime Porte c’est le nom qu’on donne au gouvernement turque, du nom de la porte immense qui mène à la cour du Grand Vizir. Un grand vizir qui est d’accord pour aller faire la guerre aux russes. Pierre le Grand, tsar de Russie flippe, Charles XII exulte, Stanislas suit le mouvement… 

Mots clés: