Toutes les émissions

Histoire en Touraine

Du lundi au vendredi à 12h36

le Docteur Legros et des confrères lors d'une opération
le Docteur Legros et des confrères lors d'une opération - Editions Sutton

Histoire en Touraine 5/5 Les progrès de la médecine entre 1914 et 1919

Diffusion du vendredi 15 juin 2018 Durée : 13min

avec Anne-Marie Slézec, biologiste et écrivain

Georges Legros, témoin de la Grande Guerre
Anne-Marie Slézec
Editions Sutton 

En 1914, Georges Legros est médecin à  Montrichard. Alors âgé de 53 ans, il s'engage dans le service de santé  des armées par patriotisme. Élu député du Loir-et-Cher quelques mois  avant la déclaration de guerre, il va être un témoin d'exception de ce  conflit tout au long de son déroulement. Il consigne dans des carnets  ses observations et ses réflexions, détaille ses journées au front, rend  compte des débats à la Chambre et des avancées de la médecine. Il  assiste à des conférences ou des stages à l'institut Pasteur, dans des  hôpitaux militaires. Il y rencontre les plus grands chercheurs de  l'époque, notamment Michel Weinberg, Emile Roux ou encore Albert  Calmette. Il se forme au traitement des plaies de guerre ou de la  gangrène gazeuse, à la chirurgie orthopédique et faciale. Son expérience  dans une ambulance militaire près du front lui permet de confronter  théorie et pratique et de porter un regard critique sur le traitement  des blessés. De 1914 à 1918, le médecin major de 1re classe Georges  Legros traverse la France de l'est au nord, connait l'enfer de Verdun et  se retrouve même en mission pour le parlement en Salonique. Il soigne  des blessés dans l'urgence, côtoie la mort, visite les tranchées et les  villes détruites. Son journal, sa correspondance, mais aussi les  nombreuses photographies qu'il a prises à partir de 1915, constituent le  matériau de ce livre. Les extraits et clichés sélectionnés par  Anne-Marie Slézec permettent de mieux comprendre, à travers ce destin  singulier.

Notre invitée, Anne-Marie Slézec, titulaire d'un  doctorat de sciences naturelles, formée à la mycologie et à la  muséologie, a exercé l'essentiel de sa carrière au Muséum national  d'histoire naturelle. De 1999 à 2007, elle fut chargée du projet de  restauration et de la réouverture au public du domaine de Jean-Henri  Fabre à Sérignan-du-Comtat, propriété du Muséum. Or, Georges Legros fut  le biographe de l'illustre entomologiste et à l'origine de la sauvegarde  de son harmas. C'est ainsi qu'Anne-Marie Slézec a eu accès aux archives  de Georges Legros qui sont actuellement conservées au