Toutes les émissions

Histoire en Touraine

Du lundi au vendredi à 12h36

Foulard-cravate du roi Louis XVI en 1793
Foulard-cravate du roi Louis XVI en 1793

Un trésor caché à Montrichard et un foulard porté par le roi Louis XVI en 1793

Diffusion du vendredi 1 décembre 2017 Durée : 14min

avec Aymeric Rouillac, commissaire-priseur à Tours

Nous évoquons aujourd'hui un trésor caché dans une maison de Montrichard depuis l'enfance de Louis XIV au XVIIe siècle, un trésor de 600 pièces de monnaie royale d'or et d'argent retrouvé par hasard en mars 2007 par un maçon, Paulo, âgé alors de 27 ans.

Par ailleurs nous évoquons un foulard-cravate, dont l'histoire est émouvante.

Cette cravate a été offerte par le roi Louis XVI à Monsieur Vincent, conseiller général de la Commune, jugé par le tribunal révolutionnaire le 11 Th. An 2, exécuté le même jour.

On retrouve dans le journal de Cléry, Ed. Baudouin Frères, Paris 1825, page 118, le passage suivant : "Le Commissaire Vincent, entrepreneur de bâtiments, qui a rendu à la famille royale tous les services qui dépendaient de lui, se chargea d'emporter secrètement un exemplaire à la reine ; il profita du moment où le roi le remerciait de ce petit service pour lui demander quelque chose qui lui eût appartenu : sa majesté détacha sa cravate et lui en fit présent. Une autre fois elle donna ses gants à un autre municipal qui désira les avoir pour le même motif. Même aux yeux de plusieurs de ses gardiens, déjà ses dépouilles étaient sacrées".

On y joint une miniature ronde sur ivoire représentant "Monsieur Vincent, en buste de face", cerclée de cuivre.

École française de la fin du XVIIIe siècle. Cette miniature est présentée dans un écrin recouvert de galuchat vert, garni à l'intérieur de velours et de soie de la même couleur.

Cette cravate provient de Madame Vincent, la veuve de Monsieur Vincent : Madame Vincent en a hérité après l'exécution de son mari, puis elle s'est remariée avec un Monsieur Marion, union qui leur donna un fils ; ce fils, Ernest Marion, (arrière grand-père des propriétaires actuels), a eu une fille en 1872 qui est devenue Madame Fournier de Clausonne ; elle même a eu une fille qui s'est mariée avec un Monsieur Olivier Martin, elle s'appelait Madame Colette Martin de Clausonne, mère des propriétaires actuels.