Histoire en Touraine

Du lundi au vendredi à 11h53

Camille Claudel (1864-1943). A gauche, une photo de l'artiste prise avant 1883. A droite, Camille Claudel en 1929, âgée de 65 ans, à l'asile de Montfavet dans le Vaucluse.
Camille Claudel (1864-1943). A gauche, une photo de l'artiste prise avant 1883. A droite, Camille Claudel en 1929, âgée de 65 ans, à l'asile de Montfavet dans le Vaucluse. - TV5 Monde Info

Histoire en Touraine - un été à l'Islette - Camille internée pendant 30 ans

Diffusion du vendredi 11 octobre 2019 Durée : 4min

avec Géraldine Jeffroy, auteure du livre "Un été à l'Islette" aux éditions arléa

Vivant misérablement, Camille Claudel s'enferme bientôt dans la solitude et sombre peu à peu dans la paranoïa. Son père est son unique protection, l'homme est vieux, mais il a toujours défendu sa fille contre son épouse. Paul, l'écrivain-diplomate, lui, a vécu subjugué et traumatisé à l'ombre de cette sœur aînée. » Tout s’accélère lorsque son père meurt — elle a alors quarante-huit ans — le 2 mars 1913. Elle semble ne pas en être prévenue — elle n'assistera d'ailleurs pas à l'inhumation. À l'instigation de son frère Paul, qui décide d'agir immédiatement après la mort de leur père, sa famille demande à la faire interner. Sa mère, âgée de 73 ans, signe « une demande de placement volontaire ». Camille est diagnostiquée pour une démence paranoïde.                                     

En 1914, la première guerre mondiale éclate et les hôpitaux sont réquisitionnés : après un bref séjour dans un hôpital d'Enghien, Camille est transférée, le 12 février 1915, à l'asile d'aliénés de Montdevergues, à Montfavet, dans le Vaucluse, où elle restera jusqu'à la fin de ses jours. Dans la détresse, elle ne sculpte plus et ne recevra jamais de visite de sa mère, qui meurt en 1929, ni de sa sœur. Seul son frère Paul viendra la voir à douze reprises durant ces trente années.