Histoire en Touraine

Du lundi au vendredi à 11h53

Fouilles de l'INRAP sur le site des casernes Beaumont-Chauveau - Tours - Indre-et-Loire
Fouilles de l'INRAP sur le site des casernes Beaumont-Chauveau - Tours - Indre-et-Loire - INRAP

Nos ancêtres réveillés par l'INRAP sur le site des casernes Beaumont-Chauveau à Tours

Diffusion du lundi 2 mars 2020 Durée : 4min

L'INRAP, l'Institut National de Recherches Archéologiques Préventives à découvert un riche passé sur le site des casernes Beaumont-Chauveau à Tours. Entre une partie des cimetières de l'abbaye de Beaumont.

Connu dans les sources textuelles sous l’appellation « Belmons » en 845 et 966 (Chartes de la collégiale Saint-Martin de Tours), le site de Beaumont semble correspondre à une occupation humaine regroupée autour d’une chapelle « Notre-Dame-des-Miracles ». En 1002, Hervé de Buzançais, trésorier de Saint-Martin, décide d'y fonder l’abbaye de Beaumont, lieu de culte bénédictin réservé aux femmes. À la Révolution, l’abbaye est déclarée bien national et les religieuses sont dispersées. Elle est achetée par un marchand de matériaux de construction et est démantelée durant la première moitié du XIXe siècle à l’exception de quelques pavillons et dépendances. De 1866 à 1913, l’hospice général de Tours (actuel hôpital Bretonneau situé à 650 m au nord-ouest) gère le site de l’ancienne abbaye de Beaumont et exploite la propriété directement en culture maraîchère. En 1913, l’État acquiert le site de Beaumont pour y établir une caserne d’artillerie qui sera utilisée en dépôt de ravitaillement par l’armée allemande avant de devenir l’École d’Application du Train en 1991.

Mots clés