Replay du jeudi 5 mars 2020

Découverte d'un cimetière de l'hôpital Bretonneau à Tours

Des dépouilles mises à jour issues très certainement de l'école de médecine de l'hôpital Bretonneau à partir de 1841.

Découverte de corps dans têtes sur le site des casernes Beaumont-Chauveau à Tours - Indre-et-Loire
Découverte de corps dans têtes sur le site des casernes Beaumont-Chauveau à Tours - Indre-et-Loire - INRAP

La fouille menée actuellement par l’Inrap recouvre des vergers, des jardins et une partie des cimetières de l’ancienne abbaye ou de l’occupation qui précède celle-ci, ainsi qu'un ensemble funéraire plus récent (XVIIIe ou XIXe siècle) identifié lors du diagnostic. Cet ensemble comprend une série de tombes estimées pour le moment à environ 50 fosses et présente un aspect atypique. Les sépultures sont particulièrement bien organisées avec des creusements nord-sud (et non est-ouest), en deux rangées parallèles, au sud d’un mur correspondant à une probable limite interne. De plus, la localisation de ces tombes, à l’extrémité orientale du site, est très éloignée des lieux d’inhumations qui étaient utilisés lors de la période monastique à l'ouest du site. Plusieurs de ces fosses présentent des anomalies, certaines avec sépultures multiples comprenant entre deux à cinq individus dont certains ont été inhumés sans leur crâne ou avec des traces de découpes de ce dernier (crâne scié probablement lié à une autopsie ou à des exercices de l’école de médecine). Des parties de corps (inférieures ou supérieures) ou des membres isolés (bras, avant-bras et main par exemple) ont également été mis au jour dans certaines fosses. Le mode d’inhumation est principalement le cercueil, lequel a pu contenir jusqu’à trois corps. La population inhumée correspond majoritairement à des adultes ou de grands adolescents, mais deux individus plus jeunes viennent d’être mis au jour. Cet ensemble présente donc des anomalies tant dans sa gestion, sa population que dans ses pratiques funéraires.

Mots clés: