Toutes les émissions

Histoires du Poitou avec Patrick Sitaud

Du lundi au vendredi à 7h22, Rediffusion à 12h10

Village de France
Village de France © Getty

Jane Rogeon, une des premières femmes photographes professionnelles en France

Diffusion du vendredi 1 février 2019 Durée : 2min

Jane Rogeon, est une des premières femmes photographes professionnelles en France.

Disparue dans la nuit du 3 au 4 février 2006, Jane Rogeon a marqué l'histoire de la photographie. Née en 1910 dans le quartier du Pont-neuf, elle laisse notamment un important témoignage en images du Poitiers des années 20 à 50.

Partie pour être coiffeuse

Une carrière au service de la photographie pour laquelle elle ne se destine pas dans sa prime jeunesse. Fille d'un négociant de chevaux, qui tenait un banc de boucher au marché, Jane Rogeon abandonne ses études pour faire un apprentissage dans la coiffure. Mais le destin va en décider autrement. La jeune fille ne trouve pas de maître d'apprentissage dans cette discipline. Un peu par hasard, elle pousse la  porte  du  photographe  Victor Bélébeau, installé rue Jacques de Grailly. C'est le début d'une longue aventure dans le monde de la photographie. Elle reste peu de temps chez ce premier photographe suite a une dispute avec un des ouvriers.  

Découverte de la prise de vue

Elle poursuit sa formation chez M. Raymond, installé rue Magenta. Le photographe détecte rapidement toutes les qualités de Jane Rogeon  et notamment son coup de crayon. Elle devient très vite la seule employée à faire les retouches sur les photos. En parallèle, elle découvre la prise de vue. Quelques mois après son arrivée, alors qu'elle est âgée de seulement 18 ans, elle se voit confier l’entière responsabilité de la prise de clichés.

Des milliers de clichés

Deux ans plus tard, elle s'installe à son compte au 20 rue Saint-Simplicien. Elle y prend la suite du photographe Jean Vatout et ouvre ainsi son propre studio. Jane Rogeon est alors une des premières femmes photographes professionnelles en France. Elle collabore au Journal de l'Ouest, et est correspondante de Paris-Soir. Passionnée de folklore, elle immortalise notamment de nombreuses scènes de vie et des métiers de la rue ainsi que de nombreux événements locaux Les milliers de clichés qu'elle a réalisés jusqu'en 1955 représentent aujourd'hui une importante mémoire du Poitiers de l'entre-deux guerre.