Replay du mercredi 5 juin 2019

L'Isle-Jourdain et le déluge de juin 1897

- Mis à jour le

Il y a tout juste 122 ans, la commune de L'Isle-Jourdain, dans la Vienne, a connu une catastrophe naturelle sans précédent.

Village de France
Village de France © Getty

Le début du mois de juin 1897 reste ainsi dans les registres de L'Isle-Jourdain comme marqué par le déchaînement des éléments. Située dans le sud-est du département de la Vienne. à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Poitiers, la commune voit alors s'abattre des trombes d'eau impressionnantes. Nombre d'habitants sont ainsi impactés par cet événement météo de grande ampleur.

Pluies diluviennes

Les 4 et 5 juin 1897, le ciel semble ainsi s'effondrer sur la tête des villageois de l’Isle-Jourdain. Les pluies abondantes qui tombent submergent rapidement les rues de la commune. Le  torrent qui traverse la ville depuis Saint-Paixent est impressionnant. Ces flots déchaînés s’engouffrent dans la Grand’Rue très pentue. L'axe de circulation, qui a récemment été refait, est entièrement dévasté Les choses s'emballent alors. Sous la pression de l'eau, deux maisons s’effondrent. Le tumulte des flots fait tomber des murs de clôture. Tous les débris sont emportés par le torrent d’eau jusqu’au pont. Quand le déluge cesse, le constat est amer.

De gros dégâts

Les dégâts engendrés par cette catastrophe naturelle sont colossaux. Le département vient en aide financièrement à la commune sinistrée, afin d'entamer au plus vite la reconstruction. Une subvention de 4 000 francs est ainsi allouée par les élus du conseil général. Mais ce coup de pouce financier n'est pas suffisant. Le conseil municipal de L'Isle-Jourdain doit également emprunter 8 000 francs pour réparer les dégâts. Il faut du temps pour que la vie reprenne son cours normal dans cette partie de la Vienne. Petit à petit, l’activité reprend ses droits dans le village. Les foires des 19 et 20 de chaque mois, qui font la renommée de la commune, en drainant des milliers de personnes des environs, pour près de 1 500 bestiaux, font peu à peu oublier cet épisode douloureux de juin 1897.