Toutes les émissions

Histoires du Poitou avec Patrick Sitaud

Du lundi au vendredi à 7h22, Rediffusion à 12h10

 Un des hameaux de Vernoux-en-Gâtine a longtemps abrité des vanniers
Un des hameaux de Vernoux-en-Gâtine a longtemps abrité des vanniers © Maxppp - LAUNETTE Florian LAUNETTE Florian

La tradition de la vannerie à Vernoux-en-Gâtine

Diffusion du vendredi 11 janvier 2019 Durée : 2min

Vernoux-en-Gâtine, est une commune des Deux-Sèvres. Un de ses hameaux a longtemps été un village dédié à la vannerie au cœur de la Gâtine.

C'est en effet dans cette partie des Deux-Sèvres, à mi distance entre Niort et Bressuire, que Vernoux-en-Gâtine a planté son décors. A  7 kilomètres du centre bourg, le hameau de la Fazilière possède une histoire intimement liée avec la vannerie. Ce village d'anciens vanniers aurait été fondé par des gitans Ils fabriquent alors  des paniers en châtaigniers. Des productions locales qu'ils vendent ensuite aux sardinières de la côte vendéenne.

La vannerie au fil du petit patrimoine

De cette époque reste le lavoir et son bassin, le "trempou" en patois. Au cours de la fabrication des paniers, les vanniers y font alors tremper les  branches de châtaigniers. Une histoire qui peut encore se lire aujourd'hui en empruntant un  petit chemin d'interprétation à partir du lavoir. L'occasion de découvrir que pratiquement chaque habitation du village possède un four privé. C'est ici que les vanniers chauffaient le bois pour pouvoir le plier et fabriquer les paniers. Une association, "L'amicale des anciens vanniers" dits "Les Penassous" a d'ailleurs été créée afin de  promouvoir et sauvegarder ce petit patrimoine d'antan.

Un château dans les oubliettes de l'histoire

Le château du Fontenioux était un des éléments remarquables du patrimoine de la commune.  Il est construit en 1850 pour un certain Alfred de Savignac. Une construction qui lui fait débourser la modique somme de  50 000 francs de l'époque. Mais le château ne restera pas dans la famille. Les héritiers font faillites. Le château est racheté en 1914. Deux marchands de biens en font alors l'acquisition. On peut dire que les deux hommes n'ont que faire du patrimoine bâti. Ils trouvent en effet plus profitable de faire démonter les châteaux qu'ils achètent et d'en vendre les matériaux. Après avoir rasé le château des Loges à Parthenay, il s'attaque donc à celui du Fontenioux. Moins de 70 ans après sa construction, le château de Vernoux-en-Gâtine retourne ainsi dans les oubliettes de l'histoire.